Hématologie : utilisation de cellules stromales mésenchymateuses pour le traitement de la maladie du greffon contre l’hôte


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une revue Cochrane a conclu que les données probantes à ce jour n’appuient pas la conclusion selon laquelle les cellules stromales mésenchymateuses (CSM) sont efficaces dans le cadre du traitement de la maladie du greffon contre l’hôte (MGCH) aiguë chez les patients ayant reçu des allogreffes de cellules souches hématopoïétiques (allo-GCSH) pour des affections hématologiques.

Les CSM constituent un domaine marqué par une intense activité de la recherche, et le nombre d’essais entrepris et prévus va croissant. Toutefois, malgré un certain nombre de résultats positifs rapportés concernant l’utilisation de CSM pour le traitement de la MGCH aiguë, la revue Cochrane a conclu que les CSM pourraient n’entraîner qu’une différence faible, voire nulle, concernant le risque de mortalité toutes causes confondues, que ce soit dans le cadre d’essais prophylactiques (risque relatif [RR] : 0,85 ; IC à 95 % : 0,50–1,42) ou d’essais thérapeutiques (RR : 1,12 ; IC à 95 % : 0,80–1,56). Aucune différence n’a non plus été constatée concernant le risque de rechute d’une maladie maligne, par rapport à l’absence de CSM dans le cadre d’essais prophylactiques (RR : 1,08 : IC à 95 % : 0,73–1,59).

Même si la qualité des données probantes était faible, les essais prophylactiques ont semblé démontrer une réduction du risque de MGCH chronique avec les CSM (RR : 0,66 ; IC à 95 % : 0,49–0,89). Toutefois, les résultats d’essais thérapeutiques sur les CSM dans le cadre de la MGCH chronique se sont avérés incertains.

Les auteurs avertissent que la qualité des données probantes était faible ou très faible pour l’ensemble des résultats.