Hausses de la mortalité par AVC dans un certain nombre de pays


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Même si des baisses générales des taux de mortalité par maladies vasculaires cérébrales ont été constatées dans la majorité des pays européens au cours des 35 dernières années, un nouveau rapport publié dans la revue European Heart Journal a souligné un plafonnement récent et même des augmentations de la mortalité par accident vasculaire cérébral (AVC) dans un certain nombre de pays. 

Les chercheurs ont extrait les données de la base de données sur la mortalité mondiale de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour les pays de la Région européenne de l’OMS afin d’examiner les tendances par sexe concernant les maladies vasculaires cérébrales ainsi que trois de leurs sous-types : AVC ischémique, AVC hémorragique et hémorragie sous-arachnoïde (HSA) en Europe entre 1980 et 2016. 

Ils ont identifié dans l’ensemble des diminutions significatives des taux de mortalité pour les maladies vasculaires cérébrales dans 34 pays, pour les hommes comme pour les femmes. Toutefois, des augmentations dans les tendances de mortalité ont été constatées en Azerbaïdjan, en Géorgie et au Tadjikistan pour les hommes et en Azerbaïdjan et en Ouzbékistan pour les femmes. Des signes d’un plafonnement récent dans les tendances ont été observés en Allemagne, en Autriche, au Danemark, en France, en Grèce, en Hongrie et en République tchèque pour les hommes et en Allemagne, en Autriche, en Belgique, en France, en Irlande et en Suisse pour les femmes. 

« Ces résultats soulignent la nécessité de poursuivre les recherches sur les inégalités concernant les tendances et les résultats actuels en matière de mortalité par AVC en Europe, ainsi que sur les causes à l’origine du plafonnement récent de la baisse de la mortalité pour les maladies vasculaires cérébrales totales ou leurs sous-types », ont conclu les auteurs.