Hausse des réactions indésirables graves chez les receveurs de sang en Europe


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un rapport a identifié une hausse du taux de réactions indésirables graves (RIG) parmi les receveurs de sang en Europe. 

Le rapport, publié par la Commission européenne, résume les données portant sur les RIG et sur les événements en rapport avec le sang et les composants sanguins, qui ont été soumises par les 28 États membres de l’Union européenne (UE), ainsi que par l’Islande et la Norvège, pour l’année 2016. 

Il révèle que 1 737 cas de RIG ont été rapportés pour 2016, lesquels avaient pour cause probable ou certaine une transfusion. Selon le rapport, le nombre total de RIG a légèrement augmenté, par rapport aux données précédentes. L’anaphylaxie, la réaction non hémolytique fébrile à la transfusion et la surcharge circulatoire liée à la transfusion étaient les RIG les plus fréquentes. La majorité des RIG étaient liées à la transfusion de globules rouges et de plaquettes. 

Durant la même période, 16 décès se sont produits ayant pour cause « probable ou certaine » des transfusions sanguines. Le rapport a noté que la majorité des décès étaient attribuables à la pratique clinique ou à des réactions imprévisibles. 

Le nombre total d’événements indésirables graves rapportés pour 2016, qui se sont produits durant la chaîne allant du don à l’application clinique, s’est élevé à 2 599, parmi lesquels 73 % ont été attribués à une erreur humaine.