Hausse des cas de fièvre du Nil occidental dans les États de l’UE


  • Danielle Barron
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (European Centre for Disease Prevention and Control, ECDC) a rapporté une hausse significative des cas de fièvre du Nil occidental dans son rapport hebdomadaire sur les menaces le plus récent.

Entre le 3 et le 9 août 2018, les États membres de l’Union européenne (UE) ont rapporté 120 cas humains de fièvre du Nil occidental. L’Italie a rapporté 72 cas, la Grèce 16 cas, la Roumanie 16 cas, la Hongrie 13 cas et la France 3 cas. Les pays voisins de l’UE ont rapporté 34 cas, la Serbie ayant rapporté 32 cas et le Kosovo 2 cas. 

Les données de surveillance indiquent également que les décès rapportés s’élèvent au nombre de cinq en Serbie, de trois en Grèce, d’un en Italie, d’un au Kosovo et d’un en Roumanie.

Les chiffres représentent une hausse significative par rapport à la semaine précédente (27 juillet au 2 août) lorsque 55 cas humains de fièvre du Nil occidental avaient été rapportés dans les États membres de l’UE. Le 9 août, un total de 231 cas humains ont été signalés dans les États membres de l’UE durant la saison de transmission 2018. 

Dans le cadre des réglementations de l’UE, les États membres doivent différer le don de sang des donneurs potentiels pendant les 28 jours suivant leur séjour dans une région où une circulation du virus du Nil occidental a été constatée d’humain à humain, à moins d’un résultat individuel négatif au test des acides nucléiques.