Hackaton consacré aux erreurs médicamenteuses : quels sont les projets gagnants ?


  • Fanny Le Brun
  • Actualités des médicaments
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les 26 et 27 septembre 2019, 110 candidats ont participé à un hackathon (compétition d’innovation) afin de développer des services ou applications numériques innovants pour lutter contre les erreurs médicamenteuses. Cette compétition était ouverte aux étudiants en médecine et pharmacie, ainsi qu’aux élèves infirmiers et ingénieurs de l’Ecole supérieure d’Ingénieurs Paris-Est Créteil (ESIPE-Créteil) qui ont été regroupés en 18 équipes. Les projets devaient relever un des trois défis suivants :

  • Faciliter la déclaration des cas d'erreurs médicamenteuses,
  • Aider à l’analyse des déclarations,
  • Informer les professionnels de santé et les patients.

Les 3 meilleurs projets ont été sélectionnés par un grand Jury :

  • Le 1er prix a été attribué au projet « QRShare » proposant d’intégrer sur l’ordonnance un QR code contenant toutes les informations de l’ordonnance et qui pourra être scanné par le pharmacien pour vérifier la cohérence entre la prescription et la délivrance. En cas de survenue d’une erreur médicamenteuse, le patient pourra scanner le QR code et être directement redirigé vers le formulaire pré-rempli du portail de signalement « signalement.social-sante.gouv.fr ». Cet outil a pour objectif de sécuriser la dispensation et faciliter la déclaration tout en sensibilisant le patient à la déclaration des erreurs médicamenteuses.
  • Le 2ème prix a été attribué au projet « Symbiosis » qui mise sur l’exploitation d’une nouvelle source de recueil, la base de données SICAP des Centres antipoison et de toxicovigilance. L’outil Symbiosis effectuerait la sélection et l’extraction automatisée des cas d’erreurs médicamenteuses vers la base nationale de pharmacovigilance, puis vers la base des erreurs médicamenteuses via  un tri de pertinence fondé sur un algorithme développé à partir de trois critères : gravité, fréquence, type de population. Gage de qualité des données, Symbiosis offrirait une interface de validation des erreurs médicamenteuses recueillies dédiée aux Centres régionaux de pharmacovigilance. L’objectif de cet outil est d’augmenter le nombre de déclarations en provenance des patients et des professionnels de santé.
  • Le 3ème prix a été attribué au projet « AlertMed » proposant une application mobile à assistance vocale et un chatbot (assistant virtuel) destinés à simplifier la déclaration des erreurs médicamenteuses par les professionnels de santé et les patients.