Grossesse : quelles vaccinations ?


  • Fanny Le Brun
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

A retenir :

  • En cas de projet de grossesse, il est important de vérifier que la future femme enceinte est vaccinée ou naturellement immunisée contre la coqueluche, la rubéole et la varicelle
  • Chez la femme enceinte, la vaccination contre la grippe saisonnière est recommandée. En revanche, par principe de précaution, les vaccins vivants atténués sont contre-indiqués
  • La période post natale est l’occasion de procéder à la mise à jour des vaccinations, si elle n’a pu être réalisée avant la grossesse (notamment ROR, coqueluche et varicelle si nécessaire)

Avant la grossesse

En cas de projet de grossesse, il est important de vérifier que la future femme enceinte est vaccinée ou naturellement immunisée contre :

  • La coqueluche,
  • La rubéole,
  • La varicelle.

La coqueluche peut être grave chez les bébés et les femmes enceintes. La vaccination contre cette infection est donc recommandée chez les adultes non à jour de cette vaccination et ayant le projet d’avoir un enfant ou faisant partie de l’entourage d’une femme enceinte ou d’un nourrisson de moins de 6 mois. L’objectif est notamment de protéger l’enfant à naître ou le nourrisson contre cette maladie (stratégie de cocooning) qui est une des premières causes de décès par infection bactérienne chez le nourrisson de moins de 3 mois, sachant que les bébés sont contaminés par l’un des parents dans la moitié des cas.

La rubéole peut être responsable de graves malformations chez le futur bébé (lésions cérébrales, retard mental, atteintes oculaires ou atteintes auditives…) si une femme enceinte contracte cette maladie dans les premiers mois de la grossesse. Il est donc important que les femmes en âge d’avoir des enfants soient immunisées. Ainsi, la vaccination contre la rubéole est recommandée pour les jeunes femmes non vaccinées ayant un projet de grossesse, sauf si une analyse de sang montre la présence d’anticorps contre la rubéole (une grossesse doit être évitée dans le mois suivant la vaccination).

De même, en cas de varicelle chez une femme enceinte au cours des quatre premiers mois de grossesse, le virus peut être responsable de malformations congénitales et en cas de varicelle au moment de l’accouchement, le nouveau-né peut développer une varicelle grave dès la naissance. La vaccination contre la varicelle est donc recommandée pour toutes les femmes en âge de procréer n’ayant pas eu la varicelle ou dont l’antécédent de varicelle n’est pas certain, surtout si elles ont un projet de grossesse (une grossesse doit être évitée dans le mois suivant la vaccination).

Pendant la grossesse

La vaccination contre la grippe saisonnière est recommandée chez la femme enceinte, quel que soit le trimestre de grossesse.

Par principe de précaution, les vaccins vivants atténués (notamment ROR, varicelle et BCG) sont contre-indiqués pendant la grossesse et une grossesse doit être évitée dans le mois qui suit la vaccination avec un tel vaccin. Cependant, une vaccination avec un vaccin vivant réalisée par inadvertance chez une femme enceinte n’est pas une indication à interrompre la grossesse et la vaccination contre la fièvre jaune de la femme enceinte peut être justifiée lors de séjour en zone d’endémie après évaluation du rapport bénéfice-risque.

Concernant les autres vaccins, on considère qu’il est préférable de reporter les vaccinations après l’accouchement, sauf lorsqu’elles sont nécessaires en raison de circonstances particulières (contexte épidémique, risque professionnel, séjour en zone à risque…).

Après la grossesse

Si les femmes non immunisées contre la coqueluche, la rubéole et la varicelle n’ont pas été vaccinées avant leur grossesse, il est recommandé qu’elle le soit après l’accouchement.