Grippe et pneumonie : l’essentiel du mois de janvier 2017


  • Monthly Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les trois études essentielles de ce mois-ci sur la grippe et la pneumonie, sélectionnées parmi 322 études évaluées par des pairs

1. Méta-analyse de six essais contrôlés randomisés portant sur 5 000 enfants âgés de 2 à 59 mois. Une supplémentation en zinc a permis de réduire l’incidence des cas de pneumonie de 13 % et la prévalence de 41 %. Consulter ci-dessous notre résumé synthétique de l’article tiré de Cochrane Database Syst Rev.

2. Étude de cohorte portant sur 200 000 enfants. Aucune association entre infection grippale chez la mère ou vaccination durant la grossesse et troubles du spectre autistique. Consulter ci-dessous notre résumé synthétique de l’article tiré de la revue JAMA Pediatr.

3. Plusieurs directives préconisent d’ajouter un macrolide ou un fluoroquinolone aux bêta-lactamines pour la pneumonie grave acquise en milieu extrahospitalier, mais il existe peu de données permettant d’évaluer quelle association est la plus efficace. Une méta-analyse portant sur 3 800 patients suggère que les bêta-lactamines associées à un macrolide sont supérieures aux bêta-lactamines associées à un fluoroquinolone. Consulter ci-dessous notre résumé synthétique de l’article tiré de la revue J Korean Med Sci.

 

Consulter l’essentiel du mois de décembre sur la grippe»
Consulter l’essentiel du mois de décembre sur la pneumonie»
Consulter les articles d’hier de l’essentiel du mois sur les maladies gastro-intestinales»

 
1

Prévention de la pneumonie pédiatrique par du zinc : mise à jour d’une revue Cochrane

Source : Cochrane Database Syst Rev

À retenir 
  • Une supplémentation en zinc chez les enfants a été associée de manière significative à une réduction de l’incidence et de la prévalence des cas de pneumonie.

Principaux résultats

  • Six essais contrôlés randomisés (ECR).
  • 5 193 participants.
  • Aucune nouvelle étude depuis la dernière mise à jour.
  • Les précédentes conclusions restent inchangées.
  • L’administration d’une supplémentation en zinc a montré un effet significatif sur le plan statistique en réduisant l’incidence des cas de pneumonie de 13 % (risque relatif [RR] : 0,87) et en réduisant la prévalence des cas de pneumonie de 41 % (RR : 0,59).
  • Les études qui ont utilisé des définitions cliniques de la respiration rapide en fonction de l’âge, avec ou sans tirage sous-costal, n’ont pas démontré d’effet provenant de la supplémentation en zinc sur la réduction des cas de pneumonie (RR : 0,95).
  • Les études qui ont appliqué une définition de cas de la pneumonie basée sur un examen thoracique ou une radiographie thoracique ont montré un effet significatif de la supplémentation en zinc avec une réduction de l’incidence des cas de pneumonie de 21 % (RR : 0,79).

Conception de l’étude

  • Mise à jour d’une revue de 2010.
  • Revue systématique et méta-analyse d’ECR évaluant la supplémentation en zinc pour la prévention de la pneumonie chez les enfants âgés de 2 à 59 mois.
  • Financement : aucun.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les enfants, en particulier ceux vivant dans des pays à faibles revenus ayant une consommation inadéquate d’aliments contenant du zinc (principalement des aliments d’origine animale), doivent recevoir des suppléments pour remédier à leur carence.

Consulter le résumé

 
2

Infection grippale et vaccination durant la grossesse : quel est le risque d’autisme ?

Source : JAMA Pediatr

À retenir

  • L’infection grippale chez la mère durant la grossesse n’a pas été associée à un risque accru de troubles du spectre autistique (TSA).

Principaux résultats

  • 196 929 enfants.
  • Durant la grossesse, 23 % des enfants ont été exposés à la vaccination antigrippale reçue par leur mère et 0,7 % à la grippe dont était atteinte leur mère.
  • Des TSA ont été diagnostiqués chez 1,6 % d’entre eux.
  • Après prise en compte des covariables liées aux mères et aux enfants, aucune association entre les TSA et l’infection grippale chez la mère ou la vaccination antigrippale chez la mère n’a été constatée à un quelconque moment durant la grossesse.
  • La vaccination antigrippale lors du premier trimestre a été associée à un risque légèrement accru de TSA (RR corrigé : 1,20 ; P = 0,01) ; l’association s’est toutefois révélée non significative après correction statistique pour prendre en compte plusieurs comparaisons.

Conception de l’étude

  • Étude de cohorte.
  • Enfants nés au sein du système de soins de santé Kaiser Permanente en Californie du Nord (2000–2010).
  • Données provenant de dossiers médicaux sur les infections grippales chez la mère et la vaccination antigrippale chez la mère durant la grossesse et covariables.
  • Résultat des TSA chez les nouveau-nés sur une période de suivi médiane de 8,3 ans.
  • Financement : programme de prestations destinées à la collectivité de l’Institut de recherche de la Fondation Kaiser (Kaiser Foundation Research Institute Community Benefit).

Pourquoi est-ce important ?

  • De nombreuses études épidémiologiques récentes rapportent un risque accru de TSA en lien avec les cas d’infection et de fièvre chez la mère durant la grossesse.

Consulter le résumé

 
3

Pneumonie acquise en milieu extrahospitalier : quel traitement d’association en cas de maladie grave ?

Source : J Korean Med Sci

À retenir

  • Un traitement par bêta-lactamines associées à un macrolide (BL-M) pourrait être supérieur à un traitement par bêta-lactamines associées à un fluoroquinolone (BL-F) chez les patients atteints d’une pneumonie grave acquise en milieu extrahospitalier. 

Principaux résultats

  • Sept études observationnelles et un essai contrôlé randomisé.
  • 3 873 patients (2 273 patients ont reçu des BL-M, 1 600 ont reçu des BL-F).
  • Taux de mortalité globale de 19,4 % avec les BL-M contre 26,8 % avec les BL-F.
  • Par rapport aux BL-F, les BL-M ont été associées à une réduction significative de la mortalité globale (RC : 0,68 ; P = 0,02)
  • et à une durée de séjour à l’hôpital nettement plus courte (différence moyenne : -3,05 jours ; P = 0,04).
  • Aucune différence significative entre les groupes concernant la durée du séjour en unité de soins intensifs.

Conception de l’étude

  • Revue systématique et méta-analyse.
  • Études publiées avant décembre 2015.
  • Comparaison entre les traitements d’association par BL-M et BL-F dans le cadre de la pneumonie grave acquise en milieu extrahospitalier.
  • Financement : Université nationale de Jeju.

Pourquoi est-ce important ?

  • Plusieurs directives préconisent d’ajouter un macrolide ou un fluoroquinolone aux bêta-lactamines pour la pneumonie grave acquise en milieu extrahospitalier, mais il existe peu de données permettant d’évaluer quelle association est supérieure.

Consulter le résumé