Grippe 2018-2019 : quel bilan ?


  • Fanny Le Brun
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

A retenir :

  • L’épidémie de grippe 2018-2019 a été de courte durée (8 semaines)
  • Elle a été marquée par la co-circulation des deux virus A(H1N1)pdm09 et A(H3N2)
  • Son impact a été modéré en médecine ambulatoire mais important à l’hôpital et en collectivités de personnes âgées
  • La mortalité attribuable à la grippe a été estimée à environ 9.900 décès, ce qui est inférieur à la moyenne mais reste important compte-tenu de la courte durée de l’épidémie
  • La couverture vaccinale chez les personnes à risque a très légèrement progressé cette année mais demeure insuffisante
  • L’efficacité du vaccin antigrippal a été modérée, plus élevée contre le virus A(H1N1)pdm09 que contre A(H3N2)

 

Une épidémie de courte durée

Un bilan préliminaire de l’épidémie de grippe 2018-19 est disponible. On constate tout d’abord qu’avec une durée totale de 8 semaines, cette épidémie a été plus courte que la moyenne qui est de 11 semaines.

Un impact plus important à l’hôpital et en collectivités de personnes âgées

L’ampleur de l’épidémie a été modérée en médecine ambulatoire, avec une estimation de près de 1,8 million de consultations pour syndrome grippal qui ont concerné majoritairement les enfants de moins de 15 ans.

En revanche, l’impact a été important à l’hôpital. Pendant l’épidémie, 65.622 passages aux urgences pour syndrome grippal ont été rapportés, dont 10.723 ont conduit à une hospitalisation. Au pic de l’épidémie, la proportion d’hospitalisations après passage aux urgences pour grippe a atteint des valeurs supérieures à 20%, ce qui n’a jamais été atteint sur la période 2010-2018, indiquant une proportion importante de formes sévères.

Le nombre de cas graves de grippe admis en réanimation a été de 1.877 depuis le 1er novembre 2018, dont 1.579 pendant la période épidémique. Ce chiffre est inférieur à celui de la saison 2017-18 mais supérieur à celui des 3 saisons antérieures, malgré une durée plus courte de l’épidémie. Parmi les cas admis en réanimation, 289 sont décédés.

Entre début octobre et mi-avril, 1.523 foyers d’infections respiratoires aiguës (IRA) survenus en collectivités de personnes âgées ont été signalés, dont 720 (47%) ont été attribués à la grippe. Ce chiffre est supérieur à celui de la saison 2017-18.

Une mortalité importante

Il est estimé que durant toute la période de surveillance de la grippe (depuis début octobre 2018), environ 9.900 décès tous âges confondus peuvent être attribués à cette infection (dont 7.700 pendant l’épidémie). Ce chiffre est inférieur à la moyenne estimée à 10.000 décès par an sur la période 2010-2018, mais reste important compte-tenu de la courte durée de l’épidémie. Ces décès concernent pour 87% d’entre eux des personnes âgées de 75 ans et plus.

Une co-circulation des deux virus de type A

L’épidémie 2018-2019 se caractérise par une circulation quasi-exclusive des virus grippaux de type A, avec co-circulation des virus A(H3N2) et A(H1N1)pdm09 sur l’ensemble de la période de surveillance.

La grande majorité des virus A(H1N1)pdm09 dont la caractérisation génétique a été réalisée étaient antigéniquement analogues à la souche vaccinale A/Michigan/45/2015. Cependant, des virus porteurs d’une mutation ayant émergé cette saison, un changement dans la composition vaccinale est prévue pour la saison 2019-20.

Concernant les virus A(H3N2), la majorité de ceux ayant circulé cette saison étaient antigéniquement variants par rapport à la souche vaccinale A/Singapore/INFIMH-16-0019/2016.

Ainsi, pour la saison 2019-20, la composition vaccinale est modifiée pour les valences de type A (A(H1N1) et A(H3N2)) mais reste inchangée pour les valences de type B (B/Victoria et B/Yamagata), selon les recommandations de l’OMS.

Une couverture vaccinale en très légère augmentation

Au 28 janvier 2019, la couverture vaccinale des personnes à risque (sujets de tous âges atteints de certaines pathologies chroniques et personnes âgées de 65 ans et plus) est estimée à 46,8% (47,2% en métropole), en très légère augmentation (+1,2 point) par rapport à la saison 2017-18 (45,6% au 28/01/2018), mais cela reste insuffisant.

Une efficacité modérée du vaccin antigrippal

Les résultats du Réseau Sentinelles indiquent une efficacité vaccinale chez l’ensemble des personnes à risque de 47% tous virus confondus : 69% contre le virus A(H1N1)pdm09 et 33% contre le virus A(H3N2).