Grand débat national : le CNOM appelle les médecins à participer sur son site


  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Saisissant l’occasion du Grand débat national, le Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) sollicite l’avis des médecins à propos du plan gouvernemental « Ma Santé 2022 » et, d’une manière générale, sur leur exercice et notre système de santé. Pour cela, il ouvre un espace dédié sur son site internet , « sur lequel les médecins pourront réagir aux positions défendues par l’institution et partager leurs propres propositions. »

Il s’agit d’un espace sécurisé organisé autour de six questions ouvertes. Les deux premières sont très larges  :

  • Dans le cadre du Grand débat national, quels messages voudriez-vous porter en tant que médecin ?

  • Le projet de loi « Ma santé 2022 », visant à transformer notre système de santé, sera prochainement examiné au Parlement. Quels sont, d’après vous, les points à réformer de manière prioritaire ?

Les autres portent sur quatre thématiques  : formation, organisation territoriale des soins, numérique en santé et télémédecine, démocratie sanitaire. Pour chacune, la question est formulée ainsi  : « si vous deviez transformer le système avec une mesure prioritaire, quelle serait-elle ? Et si vous deviez porter d’autres mesures, quelles seraient-elles ? »

Les médecins pourront participer jusqu’au 15 mars 2019, date de clôture du Grand débat national. Les propositions seront analysées, synthétisées et portées à la connaissance des pouvoirs publics. Le Dr Patrick Bouet, Président du CNOM, a déjà indiqué ses priorités : l’accès aux soins, l’amélioration de l’exercice médical, « rendu difficile et épuisant par les pesanteurs d’un système de santé sclérosé. » Il invite ses consœurs et confrères à participer aux réunions organisées dans leurs territoires « pour y représenter la profession de médecin dans sa diversité. »