Glioblastome : la prédiction du pronostic


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un consortium de sept centres européens s’est réuni pour valider l’association entre les marqueurs hémodynamiques des habitats vasculaires et la survie globale (SG), dans le cadre du glioblastome.

Dans une étude rétrospective, 184 patients atteints d’un glioblastome ont été recrutés, dont 54 avaient reçu 1,5 tesla (T) et 130 avaient reçu 3,0 T. Un examen d’imagerie par résonance magnétique (IRM) pondéré en T1, en T2 et en inversion-récupération atténuée par un fluide (Fluid Attenuated Inversion Recovery, FLAIR) T2, avant et après le rehaussement du contraste par agent à base de gadolinium, a été utilisé, ainsi qu’une IRM de perfusion T2* dynamique de contraste de susceptibilité (Dynamic Susceptibility Contrast, DSC).

Les IRM préopératoires ont été analysées pour établir l’association entre le volume sanguin cérébral relatif maximum (VSCrmax) dans chaque habitat et la SG. Les capacités de stratification des marqueurs pour répartir les patients en groupes de « vascularisation » ont également été testées.

Les résultats, publiés dans la revue Journal of Magnetic Resonance Imaging, ont montré que les VSCrmax obtenus à partir des habitats de la tumeur fortement angiogénique (TFA), de la tumeur faiblement angiogénique (TfA) et de l’œdème infiltré périphérique (OIP) étaient significativement associés à la SG (rapport des risques [RR] : 1,05, 1,11, 1,28, respectivement ; P 

Il a également été constaté que ces marqueurs peuvent stratifier les patients en groupes de vascularisation modérée et élevée (P 

Les auteurs ont indiqué que l’étude valide les VSCrmax, dans les habitats de la TFA, de la TfA et de l’OIP, en tant que biomarqueurs pronostiques cliniquement pertinents pour les patients atteints d’un glioblastome durant la phase préalable au traitement, et qu’elle démontre le caractère robuste de la signature hémodynamique des tissus dans les habitats pour évaluer l’hétérogénéité vasculaire du glioblastome et son pronostic.