Glécaprévir et pibrentasvir chez les patients infectés par le VHC et atteints d’une insuffisance rénale sévère

  • New England Journal of Medicine

  • New England Journal of Medicine
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

RÉSUMÉ

CONTEXTE

La prévalence de l’infection chronique par le virus de l’hépatite C (VHC) est plus importante chez les patients atteints d’une insuffisance rénale chronique que chez les patients non atteints de cette pathologie. Les patients atteints d’une insuffisance rénale chronique qui sont également infectés par le VHC ont un plus grand risque de progression vers une maladie rénale terminale que les patients atteints d’une insuffisance rénale chronique sans infection par le VHC. Les patients infectés par le VHC et atteints d’une insuffisance rénale chronique au stade avancé ont des options thérapeutiques limitées.

MÉTHODES

Nous avons réalisé un essai multicentrique de phase III, en ouvert, afin d’évaluer l’efficacité et la sécurité du traitement avec l’association du glécaprévir, un inhibiteur de la protéase NS3/4A, et du pibrentasvir, un inhibiteur de NS5A, pendant 12 semaines chez des adultes atteints d’une infection au VHC de génotype 1, 2, 3, 4, 5 ou 6, également atteints d’une maladie hépatique compensée (avec ou sans cirrhose) avec une insuffisance rénale sévère, une dépendance vis-à-vis de la dialyse, ou les deux. Les patients étaient atteints d’une insuffisance rénale chronique de stade 4 ou 5 ; ils n’avaient pas reçu de traitement antérieur pour l’infection au VHC ou avaient reçu un traitement antérieur par interféron ou interféron pégylé, ribavirine, sofosbuvir ou une association de ces médicaments. Le critère d’évaluation principal était une réponse virologique soutenue 12 semaines après la fin du traitement.

RÉSULTATS

Parmi les 104 patients recrutés dans cet essai, 52 % avaient une infection de génotype 1, 16 % avaient une infection de génotype 2, 11 % avaient une infection de génotype 3, 19 % avaient une infection de génotype 4 et 2 % avaient une infection de génotype 5 ou 6. Le taux de réponse virologique soutenue était de 98 % (102 des 104 patients ; intervalle de confiance à 95 % : 95 à 100). Aucun patient n’a connu d’échappement virologique au cours du traitement et aucun patient n’a présenté de rechute virologique après la fin du traitement. Les événements indésirables rapportés chez au moins 10 % des patients étaient le prurit, la fatigue et la nausée. Des événements indésirables graves ont été signalés chez 24 % des patients. Quatre patients ont interrompu le traitement de l’essai prématurément en raison d’événements indésirables ; trois de ces patients avaient une réponse virologique soutenue.

CONCLUSIONS

Le traitement par glécaprévir et pibrentasvir pendant 12 semaines a entraîné un taux élevé de réponse virologique soutenue chez les patients atteints d’une insuffisance rénale chronique de stade 4 ou 5 et d’une infection par le VHC. (Financé par AbbVie ; numéro ClinicalTrials.gov, NCT02651194.)