GIST : les stratégies de prise en charge dans le cadre d’un traitement à base d’avapritinib ont été étudiées

  • Joseph CP & al.
  • Oncologist
  • 10 déc. 2020

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les effets cognitifs et les autres événements indésirables peuvent être gérés grâce à une réduction de la dose d’avapritinib sans compromettre la survie sans progression (SSP), dans le cadre des tumeurs stromales gastro-intestinales (Gastrointestinal Stromal Tumors, GIST) métastatiques ou non résécables.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les auteurs suggèrent que tout déficit cognitif doit être traité immédiatement, quelle qu’en soit la sévérité.

Méthodologie

  • L’analyse post-hoc d’un essai de phase I à dose progressive (NAVIGATOR ; n = 250) a été réalisée.
  • Financement : Blueprint Medicines.

Principaux résultats

  • 74,0 % des participants étaient porteurs d’une mutation de KIT ; 24,8 % étaient porteurs d’une mutation de l’exon 18 du récepteur A du facteur de croissance dérivé des plaquettes (Platelet-Derived Growth Factor Receptor A, PDGFRA).
  • Les événements indésirables liés au traitement les plus fréquents étaient les nausées (59,2 %), la fatigue (50,0 %), l’œdème périorbitaire (42,0 %), l’anémie (39,2 %), la diarrhée (36,0 %), les vomissements (33,2 %) et l’augmentation du larmoiement (30,8 %).
  • 167 patients ont commencé le traitement avec une dose de 300 mg.
    • Dans l’ensemble, 39,2 % des patients de moins de 65 ans ont présenté des effets cognitifs, tous grades et toutes causes confondus, contre 58,5 % des patients de 65 ans et plus.
  • Une modification de la dose a permis d’obtenir une amélioration plus rapide vers un grade plus faible de l’effet cognitif (1,3 semaine jusqu’à un grade plus faible ; 3,1 semaines jusqu’au grade 1), comparativement à aucune modification de la dose (4,9 semaines jusqu’à un grade plus faible ; 7,6 semaines jusqu’au grade 1).
  • La réduction de la dose était associée à une tendance vers une SSP plus longue, avec une médiane de 11,4 mois (IC à 95 % : 8,1–20,3), contre 7,2 mois (IC à 95 % : 5,5–24,0) sans modification.

Limites

  • Une analyse post-hoc a été réalisée.