GIST : le traitement à long terme par imatinib est efficace, mais la persistance pose problème

  • Raut CP & al.
  • JAMA Oncol
  • 1 nov. 2018

  • de David Reilly
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Parmi les patients ayant fait l’objet d’une résection dans le cadre d’une tumeur stromale gastro-intestinale (Gastrointestinal Stromal Tumor, GIST) primitive, aucun patient porteur d’une mutation sensible à l’imatinib n’a présenté de récidive au cours des cinq ans de traitement.
  • Un patient sur cinq a interrompu le traitement par imatinib volontairement.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les données disponibles actuellement concernant le traitement adjuvant par imatinib dans ce contexte ne s’étendaient qu’à trois ans.

Protocole de l’étude

  • L’étude de phase II, menée dans plusieurs établissements, sur l’évaluation de la survie sans récidive post-résection dans le cadre des tumeurs stromales gastro-intestinales avec un traitement adjuvant de cinq ans par imatinib (PERSIST-5) a été menée auprès de 91 patients atteints d’une GIST primitive à risque élevé.
  • Tous les patients avaient fait l’objet d’une résection complète de la GIST primitive 12 semaines avant le début du traitement par imatinib.
  • Financement : Novartis Pharmaceuticals Corporation.

Principaux résultats

  • 51 % des patients ont terminé l’intégralité des cinq ans de traitement par imatinib.
  • Survie sans récidive à cinq ans de 90 % (IC à 95 % : 80–95 %) ; aucun patient porteur d’une mutation sensible à l’imatinib n’a présenté de rechute au cours du traitement.
  • SG à cinq ans de 95 % (IC à 95 % : 86–99 %).
  • Les raisons d’une interruption prématurée du traitement comprenaient les suivantes :
    • Choix du patient : 21 %.
    • Événements indésirables (EI) : 17 %.
  • Les raisons d’une réduction posologique chez 40 % des patients comprenaient les suivantes :
    • EI : 29 %.
    • Anomalies biologiques : 10 %.
  • 19 % des patients ont présenté des EI de grade 3–4.

Limites

  • Étude en ouvert, à groupe unique, non randomisée.