GERODIAB a évalué le risque de mortalité chez les sujets âgés DT2 en France

  • Doucet J & al.
  • Diabetes Metab
  • 18 mai 2018

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

GERODIAB est la première étude prospective, observationnelle, multi-centrique ayant évalué l'association entre le taux d’HbA1c et la mortalité à 5 ans chez des sujets diabétiques de type 2 (DT2) âgés de 70 ans et plus. Les patients ont été inclus consécutivement (n=987, âge moyen 77 ans, 52% de femmes) à partir de 56 centres et suivis durant cinq années. Au global, 21% des sujets sont décédés au cours de l’étude (principalement des suites d’événements cardiovasculaires et de cancers) et 13% ont été perdus de vue. À 5 ans, l’HbA1c moyenne était de 59 [52-64] mmol/mol (7,5% [6,9-8,0]). 

Une valeur d’HbA1c moyenne

Une HbA1c moyenne à 5 ans, plus faible [40-50 mmol/mol (5,8-6,7%)] était associée au meilleur taux de survie (84%), mais les sujets concernés étaient également ceux qui présentaient le moins de facteurs de risque (sujets plus jeunes, présentant moins de complications, une durée de diabète moins longue et pas de maladie sévère ou de fragilité associée). 

Le pire taux de survie (71%) était observé chez ceux qui avaient une HbA1c moyenne ≥70 mmol/mol (≥8,6%). 

L’HbA1c restait un facteur prédictif de la mortalité après ajustement aux facteurs diabétiques et gériatriques (hazard ratio 1,76 [1,21-2,57], p=0,0033).

La survie était également significativement associée à la variabilité de l’HbA1c.

Les auteurs précisent que des essais cliniques sont nécessaires pour confirmer ces hypothèses.

Pourquoi est-ce important ?

La prise en charge des sujets âgés est principalement basée sur des consensus d’experts. 

 « La prise de position de la Société Francophone du Diabète (SFD) » datant d’octobre 2017 rappelle qu’une « attitude thérapeutique trop peu exigeante chez les patients âgés « en bonne santé » et un traitement trop intensif chez les sujets âgés « fragiles » sont deux écueils à éviter. » La SFD préconise une HbA1c cible :

  • ≤7% pour les personnes âgées dites « en bonne santé », bien intégrées socialement et autonomes d’un point de vue décisionnel et fonctionnel, et dont l’espérance de vie est jugée satisfaisante ; 
  • ≤8% pour les personnes âgées dites «  fragiles », à l’état de santé intermédiaire et à risque de basculer dans la catégorie des « dépendants et/ou à la santé très altérée » ; 
  • Et

Les auteurs de cette prise de position précisent que « de manière générale, chez les sujets âgés, il est essentiel de minimiser le risque d’hypoglycémie, notamment d’hypoglycémie sévère. Ce risque existe sous sulfamides hypoglycémiants, répaglinide, et insuline, et il est plus important lorsque l’HbA1c est

Principales limitations

De nombreux sujets ont été perdu de vue (13%).