Gardasil® quadrivalent : arrêt de commercialisation le 31 décembre 2020


  • Fanny Le Brun
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir :

  • Le vaccin quadrivalent Gardasil® ne sera plus commercialisé à partir du 31 décembre 2020
  • Toute nouvelle initiation de vaccination contre les infections à papillomavirus doit être faite avec Gardasil® 9 : Gardasil® quadrivalent ne doit être utilisé que pour finir les schémas déjà initiés avec ce vaccin
  • Il a récemment été décidé d’élargir la vaccination anti-HPV à tous les garçons de 11 à 14 ans avec un rattrapage possible jusqu’à 19 ans
  • L’augmentation de la couverture vaccinale des jeunes filles reste néanmoins une priorité car celle-ci est loin d’être suffisante 

Le laboratoire MSD vient d’écrire aux professionnels de santé pour les informer de l’arrêt définitif de la commercialisation du vaccin quadrivalent Gardasil® (anti-papillomavirus humain ou anti-HPV) le 31 décembre 2020. Cette décision est liée au fait que le vaccin Gardasil 9®, disponible depuis 2018, est recommandé par le Haut Conseil de la Santé Publique pour toute nouvelle initiation de vaccination contre les infections à papillomavirus. Le vaccin quadrivalent Gardasil® reste donc uniquement recommandé pour poursuivre les schémas déjà initiés car les différents vaccins anti-HPV ne sont pas interchangeables : toute vaccination commencée avec l’un d’eux doit être menée à son terme avec le même vaccin. Les professionnels de santé ont donc jusqu’au 31 décembre pour finir les schémas vaccinaux déjà initiés avec Gardasil® quadrivalent.

Pour rappel, Gardasil 9® contient cinq génotypes supplémentaires de papillomavirus humains à haut risque (31, 33, 45, 52, 58) par rapport au vaccin Gardasil® qui en contient quatre (6, 11, 16, 18). Ces 5 génotypes additionnels sont responsables d’environ 30 à 40% des lésions malpighiennes intra-épithéliales de haut grade, 15 à 20% des cancers du col, 18% des cancers du vagin, 4 à 11% des cancers anaux, 10 à 14% des cancers de la vulve, 9% des cancers du pénis et environ 4% des cancers de l’oropharynx chez l’homme.

Jusqu’ici recommandée chez les jeunes filles et les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, il a récemment été décidé d’élargir la vaccination anti-HPV à tous les garçons de 11 à 14 ans (2 doses à M0 et M6) avec un rattrapage possible jusqu’à 19 ans (3 doses à M0, M2 et M6). On peut noter que seul le vaccin Gardasil 9® est recommandé pour débuter une nouvelle vaccination chez l’homme car le vaccin bivalent Cervarix®, qui contient les génotypes 16 et 18, n’a pas démontré de protection sur les condylomes génitaux.

L’augmentation de la couverture vaccinale des jeunes filles reste néanmoins une priorité car celle-ci est loin d’être suffisante : 29% pour une dose et 24% pour le schéma complet en 2018, ce qui est bien inférieur à l’objectif de 60% du plan cancer 2014-2019. La couverture des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes était, quant à elle, estimée à environ 15%. L’élargissement de la vaccination à tous les garçons ne permettra pas à lui seul d’atteindre l’objectif de protection de la population.