Forte prévalence des médicaments non conformes dans les pays à revenus faibles et intermédiaires.


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Des chercheurs ont demandé à ce que des efforts soient faits à l’échelle internationale pour aider à améliorer la réglementation, la standardisation et la surveillance de la qualité des médicaments dans le monde. Cet appel à l’action fait suite à des résultats soulignant que les médicaments de mauvaise qualité sont un problème considérable dans les pays à revenus faibles et intermédiaires (PRFI). 

Les chercheurs ont examiné les données de 265 études ayant porté sur plus de 400 000 échantillons de médicaments et ont mené une méta-analyse de 96 études ayant porté sur près de 68 000 échantillons de médicaments. Ils ont estimé que la prévalence globale des médicaments non conformes et contrefaits dans les PRFI était de 13,6 %, avec une prévalence régionale de 18,7 % en Afrique et de 13,7 % en Asie. Parmi les études incluses dans la méta-analyse, 19,1 % des antipaludiques et 12,4 % des antibiotiques étaient non conformes ou contrefaits. 

Les chercheurs ont identifié une hétérogénéité importante entre les études et des problèmes potentiels de qualité concernant les données de prévalence rapportées dans les publications. 

Les chercheurs, qui ont présenté leurs résultats dans la revue JAMA Network Open, ont affirmé la nécessité de mettre en place des normes méthodologiques concernant la prévalence et de mener des études économiques rigoureuses estimant le fardeau au-delà de la taille du marché afin d’évaluer de façon précise l’étendue du problème et de faciliter les efforts nécessaires pour y remédier. 

« Des efforts de collaboration à l’échelle internationale sont nécessaires pour améliorer la gestion de la chaîne d’approvisionnement et les capacités de réglementation dans les pays à revenus faibles et intermédiaires, ceci dans le but de réduire la menace représentée par les médicaments de mauvaise qualité », ont-ils conclu.