Fort risque d’hypoglycémie sous tramadol

  • Makunts T & al.
  • Sci Rep
  • 28 août 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Le risque d’hypoglycémie lié à la prise de tramadol serait multiplié par 5 à 33 par rapport aux molécules de même classe thérapeutique ou même mécanisme d’action, selon les données issues de la base de données américaine de pharmacovigilance ( FDA Adverse Event Reporting System ), qui comporte plus de 12 millions de notifications. Seule la méthadone présenterait aussi un sur-risque d’ampleur similaire, mais leur mécanisme d’action de classe ne semblent pas impliqué. De nouvelles études devront se pencher sur la question.

Un mécanisme à décrypter

Le tramadol est un opioïde synthétique à action centrale dont l’efficacité analgésique repose notamment sur l’inhibition de la recapture neuronale de noradrénaline et l’augmentation de la libération de sérotonine, ainsi que sur des propriétés inhibitrices des récepteurs de la N-méthyl-D-aspartate (RNDMA). Outre l’analyse des chiffres de pharmacovigilance relatifs au tramadol, les auteurs ont donc souhaité évaluer la fréquence des évènements d’hypoglycémie pour les opioïdes, mais aussi les médicaments inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (IRSNA : venlafaxine, duloxétine...) et les médicaments inhibiteurs de RNDMA (kétamine, dextrométhorphane...). Le calcul des rapports de risque (Odds ratio ou OR) respectifs puis des taux rapportés (rapport des OR) entre tramadol et ces différentes molécules a permis d’observer de façon surprenante que seul le tramadol et la méthadone présentaient un risque de même ampleur, permettant de poser l’hypothèse d’un mécanisme d’action spécifique et commun à ces deux molécules.

Principaux résultats

  • Les taux rapportés d'hypoglycémie sous tramadol (monothérapie) étaient 11,36 fois plus importants par rapport à la classe des opioïdes [8,23-15,66], et étaient respectivement 10,14 [7,08-14,54] et 14,57 [8.07, 26.31] fois plus importants par rapport à la classe des IRSNA et des inhibiteurs de RNDMA.
  • Le rapport entre les taux d’hypoglycémie sous tramadol et ceux sous autres opioïdes (hors tramadol) était compris entre 6 et 33 selon l’opioïde auquel il était comparé. Il était compris respectivement entre 5 et 20 et entre 6 et 14 selon l’IRSNA ou l’inhibiteur du RNMDA auquel il était comparé.
  • Seul le rapport entre les taux d’hypoglycémie sous tramadol et sous méthadone était égal à 1, suggérant une fréquence identique des cas. Aussi, l’analyse a été menée parallèlement avec la méthadone : les taux rapportés étaient compris entre 4 et 26 selon l’ISRSNA et entre 4 et 11 selon l’inhibiteur de RNMDA auquel elle était comparée.

Principales limitations

Les données du dossier médical et les valeurs biologiques n'étaient pas disponibles.