Flambée d’Ebola : les tendances suggèrent que les mesures de contrôle de la maladie sont efficaces, selon l’OMS


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) se montre prudemment optimiste quant au fait que les mesures de contrôle de la maladie semblent être efficaces contre la flambée actuelle d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC).

Dans son dernier rapport de situation sur la flambée de la maladie, l’OMS a déclaré que les taux de suivi des contacts se sont sensiblement améliorés et que la plupart des patients admis récemment dans les centres de traitement d’Ebola (CTE) ont reçu des traitements dans les heures qui ont suivi la confirmation de leur maladie. Les activités de vaccination en anneau se sont également intensifiées pour couvrir les contacts, ainsi que leurs contacts, de la plupart des cas confirmés qui ont été signalés au cours des trois dernières semaines. Au 30 août, plus de 5 130 contacts et contacts de contacts avaient été vaccinés, dont 1 040 agents de santé ou agents en première ligne.

« Les récentes tendances suggèrent que les mesures de contrôle de la maladie sont efficaces », a déclaré l’OMS. L’organisation a toutefois averti qu’il convient de rester prudent dans l’interprétation de la tendance de la flambée et que des risques importants subsistent, notamment des exemples sporadiques de comportements à haut risque dans certaines communautés, tels que des attitudes négatives vis-à-vis de la recherche des contacts, de la vaccination et de l’admission en CTE, ainsi que des pratiques d’inhumation dangereuses.

Au 30 août, l’OMS avait déployé plus de 180 spécialistes de plusieurs disciplines en RDC pour soutenir les activités de riposte, notamment des logisticiens, des épidémiologistes, des experts de laboratoire, des communicants, des spécialistes des soins cliniques, des spécialistes en mobilisation des communautés et des coordinateurs de l’action d’urgence.