Flambée d’Ebola : la transmission de la maladie diminue en RDC


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La transmission de la maladie à virus Ebola (MVE) en République démocratique du Congo (RDC) semble diminuer. Les autorités ont toutefois averti qu’il est encore trop tôt pour savoir si cette tendance va perdurer. 

Selon les dernières données de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), entre le 21 août et le 10 septembre, 157 cas d’Ebola ont été signalés dans 15 zones sanitaires en RDC. 40 nouveaux cas ont été confirmés dans la semaine qui a précédé le 12 septembre, soit l’incidence hebdomadaire la plus faible qui ait été constatée depuis mars 2019. « Bien que ces signes soient prometteurs, il est encore trop tôt pour dire si cette tendance va perdurer », a déclaré l’OMS dans son dernier bulletin d’information sur les flambées épidémiques

L’organisation a ajouté que de nouveaux points chauds continuent de poser des problèmes en termes d’accessibilité, d’insécurité et de violence. Selon les indicateurs de surveillance, les risques pour la santé publique liés à la poursuite de la propagation demeurent très élevés. 

Au 10 septembre, 3 091 cas de MVE ont été signalés, dont 2 980 cas confirmés et 111 cas probables, parmi lesquels 2 074 cas sont décédés. Parmi la totalité des cas confirmés et probables, 5 % (n = 157) ont été identifiés chez des agents de santé. La plupart de ces cas (56 %) étaient des femmes, tandis que 29 % étaient des enfants de moins de 18 ans.