Fipronil: des risques très limités en deçà de 10 œufs contaminés par jour (pour un adulte)

  • Frédéric Haroche

  • JIM Actualités métier
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Paris, le vendredi 11 août 2017 - La contamination d'œufs par des traces de fipronil (molécule notamment utilisée comme antiparasitaire vétérinaire mais interdit pour la thérapeutique des animaux d'élevage), continue de secouer l'Europe. L'affaire s'étend désormais à 12 pays et a même donné lieu à des arrestations d'industriels aux Pays-Bas.

En France, le ministre de l'agriculture, Stéphane Travert, a demandé à l'ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) de présenter une évaluation des risques pour la santé humaine que comportent cette contamination.

L'agence a rendu ce matin ses conclusions.

Potentiellement des symptômes bénins et réversibles…

« Les effets qui pourraient survenir en cas d'ingestion, au vu du mécanisme d'action du fipronil et des données expérimentales, sont des effets neurotoxiques, et notamment des convulsions » souligne l'agence, qui observe néanmoins, que « ce type d'effet n'a (…) pas été observé dans les cas d'ingestion directe accidentelle de produit à base de fipronil recueillis (…) dans le cadre de la toxicovigilance ».

Au total, au terme d'une revue de la littérature il apparaît que les quelques cas de convulsions documentés sont liés à des ingestions de grandes quantités de ce type de produit et que l'exposition à « des niveaux de dose de l'ordre de 10 fois la dose de référence aigüe n'ont conduit qu'à des symptômes bénins et réversibles, notamment des troubles digestifs, y compris chez l'enfant ».

En outre, « l'exposition répétée au fipronil n'a pas non plus montré d'effets préoccupants, seulement des signes locaux bénins » note l'ANSES.

…En mangeant dix œufs par jour…

L'institution a également évalué la quantité maximale d'œufs, contaminé à des concentrations considérées comme élevées (1,2 mg/kg d'œuf), pouvant être consommée en une seule fois sans s'exposer à un risque aigu.

« Sur cette base, la quantité maximale d'œufs pouvant être consommés varie de un (pour un enfant de 1 à 3 ans) à dix par jour (pour un adulte) » a calculé l'agence.

…ou plusieurs kilos de poulet !

L'ANSES souligne également « qu'aucune contamination de viande de poulet de chair par le fipronil » n'a été rapportée à ce jour, elle a toutefois investigué cette hypothèse.

« Des analyses (…) sur des muscles de poules pondeuses traitées permettent d'apporter des éléments (de réponse). La concentration maximale de fipronil observée dans ces échantillons s'élève à 0,175 mg/kg de muscle. Dans ces conditions, et si cette viande était consommée, la valeur toxicologique de référence aiguë ne pourrait être dépassée que par la consommation par un adulte et en une seule fois, de plusieurs kilogrammes de viande de volaille contaminée (de l'ordre du kilo pour un enfant) » rassurent les auteurs de cette note.

De toutes ces données, l'ANSES conclut que « le risque de survenue d'effets sanitaires apparaît très faible ».