FINCH2 : le filgotinib, une nouvelle option en cas de PR réfractaire ?

  • Genovese MC & al.
  • JAMA
  • 23 juil. 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Le filgotinib est un inhibiteur JAK1 en prise orale une fois par jour. FICH2 est une étude de phase 3 montrant :

  • À 12 semaines, que respectivement 66% et 57,5% de patients souffrant de PR active modérée à sévère insuffisamment répondeurs à un ou plusieurs DMARD biologiques (DMARDb) ont atteint l’ACR20 sous filgotinib 200 mg et 100 mg. Soit respectivement 34,9% et 26,4% de plus que sous placebo. Les taux de répondeurs à l’ACR20 étaient respectivement 70,3% et 58,8% chez les sujets ayant été précédemment traités par 3 DMARD biologiques ou plus.
  • À 12 semaines, respectivement 40,8% et 37,3% des patients de cette même population ont atteint un DAS28-CRP ≤3,2 sous filgotinib 200 mg et 100 mg, soit 24,6% et 21,0% de plus par rapport au placebo (p
  • Enfin, à 24 semaines, 30,6% des patients sous filgotinib 200 mg ont atteint un DAS28-CRP

Pourquoi cette étude est-elle intéressante ?

Ces résultats montrent que le filgotinib permet à une proportion importante de patients réfractaires à un précédent traitement par DMARDs d’atteindre l’ARC20 et un DAS28-CRP ≤3,2 à 12 semaines. Des tendances similaires avaient été mises en évidence avec l’upadacitinib 30 mg (respectivement 65% pour l’ACR20 et 42% pour le DAS28-CRP), le baracitinib 4 mg (55% et 31%) et le tofacitinib (42% et 21%). Par ailleurs, ces résultats montrent que la réponse ACR20 sous filgotinib est assez similaire chez les sujets réfractaires à un ou plusieurs DMARDb et chez des sujets naïfs de DMARDb (études de phase 2).

Méthodologie

Cette étude de phase III, internationale, randomisée, contrôlée versus placebo, d’une durée de 24 semaines, a inclus 448 patients traités pour polyarthrite active modérée à sévère et insuffisamment répondeurs à un ou plusieurs traitements antérieurs par DMARD biologiques. Les patients continuaient à recevoir leur traitement par DMARD conventionnel et ont reçu du filgotinib 200 mg (n=148), du filgotinib 100 mg (n=153) ou un placebo. 

Principaux résultats

Parmi les 448 patients traités (âge moyen 56 ans, 90,4% étaient des femmes, score DAS28-CRP moyen à l’inclusion de 5,9, et 23,4% avaient déjà reçu 3 DMARDb ou plus), la majorité (81,9%) étaient traités concomitamment par méthotrexate à la dose moyenne de 15,8 mg/semaine.

Au total, respectivement 66% et 57,5% des patients ayant reçu du filgotinib 200 mg et 100 mg ont atteint l’ACR20 (critère principal d’évaluation) contre 31,1% sous placebo, soit une différence respectivement de 34,9% et 26,4% (p

À 12 semaines, respectivement 24,6% et 21,0% de patients supplémentaires atteignaient un DAS28-CRP ≤3,2 sous filgotinib 200 mg et 100 mg par rapport au groupe placebo et ils étaient 18,5% et 14% à atteindre un DAS28-CRP

Pour les patients ayant déjà été traités par 3 DMARDs biologiques ou plus, les résultats étaient particulièrement intéressants, puisque respectivement 52,6% et 41,2% de patients supplémentaires traités par filgotinib 200 mg et 100 mg atteignaient un ACR20 à 12 semaines par rapport au placebo (p

Au total, 4,1% des sujets sous filgotinib 200 mg ont eu des événements indésirables graves, contre 5,2% sous filgotinib 100 mg et 3,4% sous placebo. Pour le filgotinib 200 mg, la rhinopharyngite constituait l’événement indésirable le plus fréquent (10,2%), et pour le filgotinib 100 mg, il s’agissait de maux de tête, de rhinopharyngites et d’infections respiratoires hautes (5,9% chacun). Quatre cas de zona non compliqués et une occlusion de la veine rétinienne ont été notifiés sous filgotinib, mais aucun cas d’infection opportuniste, de tuberculose, de cancer, de perforation gastro-intestinale ou de décès.

Principales limitations

Étude de courte durée (24 semaines) et absence de données radiographiques pour évaluer les atteintes structurales. Il sera donc intéressant de disposer de résultats d’efficacité et de tolérance à plus long terme.