Finastéride dans l’alopécie : informer du risque de troubles psychiatriques et sexuels


  • Fanny Le Brun
  • Actualités des médicaments
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le finastéride fait actuellement l’objet d’une surveillance étroite car il a été associé à des troubles psychiatriques et de la fonction sexuelle. Il est indiqué uniquement chez l’homme :

  • Dans le traitement de la chute de cheveux, à la dose de 1 mg (Propecia® et génériques),
  • Dans le traitement des symptômes de l’hypertrophie bénigne de la prostate, à la dose de 5 mg (Chibro-Proscar® et génériques).

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a décidé de renforcer l’information sur le finastéride utilisé dans le traitement de l’alopécie en publiant une fiche d’information à destination des hommes actuellement sous traitement ou pour lesquels la prescription est envisagée.

Cette fiche informe les patients sur les effets indésirables potentiels tels que :

  • Troubles sexuels : troubles de l’érection, de l’éjaculation, douleurs testiculaires, diminution de la libido (ces effets peuvent persister après l’arrêt du traitement, pour une durée indéterminée).
  • Troubles psychiques : anxiété, dépression voire pensées suicidaires.
  • Réactions allergiques : urticaire et démangeaisons de la peau, voire choc anaphylactique.
  • Augmentation de la sensibilité et du volume des seins (cas rares de cancers du sein chez des hommes traités mais la responsabilité du finastéride n’a pas été confirmée).

Dans le cadre du traitement de l’alopécie, en cas de modification de l’humeur sous finastéride (sentiment de tristesse, d’anxiété, de fatigue, de difficulté à se concentrer…), le patient doit arrêter ce médicament et consulter son médecin. En cas d’apparition de troubles sexuels ou de tout autre effet indésirable, il doit contacter rapidement son médecin.

Si le patient présente l'un des symptômes suivants : gonflement des lèvres, du visage, de la langue ou de la gorge, difficulté à avaler ou à respirer, il doit arrêter le médicament et contacter immédiatement les services d’urgence (15 ou 18).

La fiche d’information doit être remise par le médecin lors de la consultation et par le pharmacien au moment de la délivrance (téléchargeable sur le site de l’ANSM). C’est un outil de dialogue entre le patient et ses professionnels de santé.