Fièvre jaune : un nouveau cas autochtone en Guyane


  • Fanny Le Brun
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir :

  • Un adolescent de 14 ans vient de décéder en Guyane des suites d’une co-infection fièvre jaune et COVID-19
  • Ce nouveau cas autochtone confirme que la fièvre jaune est bien présente en Guyane et justifie l'obligation vaccinale sur l'ensemble du département, pour les résidents et pour les voyageurs qui s’y rendent
  • Cette vaccination doit être réalisée 10 jours avant le départ
  • Elle est exigible à partir de l’âge de 1 an mais est recommandée à partir de 9 mois et peut être faite dès 6 mois dans certains cas exceptionnels

Le 19 juillet dernier, un adolescent de 14 ans est décédé en Guyane des suites d’une co-infection fièvre jaune et COVID-19. Ce jeune garçon a été infecté par la fièvre jaune sur le territoire guyanais. Il habitait dans la commune de Maripasoula sur le haut Maroni.

Pour rappel, la fièvre jaune est une maladie virale transmise par la piqûre d'un moustique infecté. Elle peut donner lieu à des formes graves et potentiellement mortelles. Ce nouveau cas autochtone confirme que la fièvre jaune est bien présente en Guyane, ce qui justifie l'obligation vaccinale sur l'ensemble du département.

Il n’existe pas de traitement spécifique de la fièvre jaune : la prise en charge n’est que symptomatique. La vaccination est la principale mesure de prévention : elle est exigible à partir de l’âge d’un an dans le cadre du règlement sanitaire international (RSI). Elle est indispensable pour un séjour dans une zone endémique (régions intertropicales d’Afrique et d’Amérique du Sud) ou épidémique, même en l’absence d’obligation administrative. La liste des pays où existent un risque de transmission de la fièvre jaune et une obligation vaccinale est disponible dans les « Recommandations sanitaires pour les voyageurs, 2020 ».

Cette vaccination est notamment obligatoire pour les résidents du département de la Guyane et pour les voyageurs qui s’y rendent. Elle est attestée par la délivrance d’un certificat international de vaccination qui est nécessaire pour entrer en Guyane, sauf si le voyageur dispose d'un certificat de contre-indication médicale à cette vaccination ou en cas de transit aéroportuaire inférieur à 12h.

La vaccination contre la fièvre jaune est recommandée à partir de l’âge de 9 mois pour les enfants se rendant dans une zone à risque mais peut exceptionnellement être effectuée dès l’âge de 6 mois si le nourrisson doit séjourner en milieu rural ou en forêt, en zone endémique ou si une épidémie sévit dans la région visitée. Le vaccin disponible en France est un vaccin vivant atténué : Stamaril®. L’injection doit avoir lieu au moins 10 jours avant le départ. La nécessité de rappels décennaux a été supprimée en 2016, sauf dans certains cas particuliers.

Des vaccins vivants peuvent être administrés de manière simultanée (dans des lieux d’injection différents). En revanche, si l’administration des vaccins fièvre jaune et Rougeole-Oreillons-Rubéole n’est pas simultanée, il est préférable de respecter un délai minimum d’un mois entre ces deux vaccins. Cependant, en cas de départ imminent en zone d’endémie, ces vaccins peuvent être administrés à n’importe quel intervalle.

Outre la vaccination, il ne faut pas oublier la protection contre les piqûres de moustique : vêtements longs, moustiquaires, répulsifs…