Fièvre du Nil occidental : hausse significative des cas


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les nouvelles données du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (European Centre for Disease Prevention and Control, ECDC) montrent que le nombre d’infections au virus du Nil occidental (VNO) rapportées dans les pays européens jusqu’à présent cette année dépasse le nombre total d’infections constatées au cours des cinq dernières années. 

En tout, 1 505 infections humaines confirmées et probables au VNO acquises localement ont été signalées par des pays européens jusqu’au 20 septembre 2018. À titre de comparaison, en 2017, 207 cas en tout avaient été rapportés pour l’année. 

Les États membres de l’Union européenne/Espace économique européen (UE/EEE) ont rapporté 1 135 cas humains en Italie, en Grèce, en Roumanie, en Hongrie, en Croatie, en France, en Autriche, en Bulgarie et en Slovénie. Les pays voisins de l’UE ont rapporté 370 cas humains en Serbie, en Israël et au Kosovo. À ce jour, 115 décès dus à des infections au VNO ont été rapportés en Italie, en Serbie, en Roumanie, en Grèce, en Hongrie et au Kosovo.  

L’ECDC a indiqué que le taux de létalité par cas (TLC) en 2018 n’a pas dépassé le TLC des deux années précédentes (7,6 % en 2018 contre 11,1 % en 2016 et 2017), tandis que la proportion de cas de maladie neuro-invasive due au VNO chez les cas symptomatiques était plus faible que pour les deux années précédentes (70 % en 2018 contre 82 % en 2017 et 86 % en 2016).