Fibrillation auriculaire : identification d’un nouveau biomarqueur


  • Mary Corcoran
  • Univadis Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le facteur de croissance du fibroblaste 23 (Fibroblast Growth Factor-23, FGF-23), habituellement associé à l’hypertrophie cardiaque, à l’insuffisance rénale chronique et à la rigidité vasculaire, pourrait également aider à identifier la fibrillation auriculaire (FA), selon une nouvelle recherche publiée dans la revue European Heart Journal.

Les chercheurs ont analysé 40 biomarqueurs cardiovasculaires courants chez 638 patients consécutifs orientés vers un hôpital, qui étaient atteints d’une FA connue ou qui présentaient au moins 2 facteurs de risque d’accident vasculaire cérébral (AVC) au score CHA2DS2-VASc, dans le cadre d’une nouvelle étude. Une analyse statistique traditionnelle a été combinée à des techniques d’apprentissage automatique pour déterminer les facteurs de risque cliniques, les paramètres d’imagerie et les biomarqueurs associés à la FA.

La recherche a découvert que des taux élevés de peptide natriurétique du cerveau (brain natriuretic peptide, BNP) et de FGF-23 étaient associés de façon robuste à la FA (rapport de cotes [RC] : 1,293 par augmentation d’une unité de la valeur du facteur de variation ; IC à 95 % : 1,11–1,63 ; P = 0,002 et RC : 1,667 ; IC à 95 % : 1,36–2,34 ; P = 0,001, respectivement).

« Les résultats de la recherche ont été surprenants », a déclaré l’auteur principal, le Dr Larissa Fabritz, de l’Université de Birmingham. « Les résultats relatifs à l’efficacité du biomarqueur FGF-23 constituent un nouveau résultat inattendu. À l’heure actuelle, le FGF-23 n’est utilisé que dans l’environnement de la recherche, mais nous avons démontré comment son utilisation pourrait s’avérer inestimable dans le cadre clinique. » 

Les chercheurs affirment que des recherches complémentaires sont nécessaires pour élucider les mécanismes de la FA qui dépendent du FGF-23.