Fer et stéatose hépatique non alcoolique : quel lien ?

  • Nathalie BARRÈS
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • En population générale, la diminution des taux de fer sérique, de ferritine, de saturation en transferrine et une augmentation des taux des récepteurs solubles de la transferrine ont été associés à un risque plus élevé de stéatose hépatique non alcoolique (ou NAFLD pour Non-Alcoholic fatty liver disease).
  • Après ajustement sur de multiples facteurs de confusion, une faible saturation en transferrine a été significativement associée à un risque plus élevé de NAFLD.
  • Cette relation différerait selon l’âge, le sexe, l’origine ethnique et l’indice de masse corporelle (IMC).
  • Les taux d’hepcidine étaient diminués chez l’être humain et chez l’animal.

Les auteurs indiquent que ces résultats « pourraient apporter de nouvelles perspectives de prédiction et de diagnostic de NAFLD et pourraient contribuer à l’exploration mécanistique de cette maladie ».

Pourquoi est-ce important ?

La NAFLD est une maladie progressive qui peut évoluer vers la stéatohépatite non alcoolique (ou NASH pour Non-Alcoholic Steatohepatitis), la fibrose hépatique, la cirrhose et le carcinome hépatocellulaire. Elle est toujours accompagnée de diabète, de maladies cardiovasculaires et de maladies rénales chroniques. Plusieurs facteurs de risque ont été établis : métabolique, microbiote intestinal, facteurs génétiques et épigénétiques, facteurs environnementaux,… Pour autant la physiopathologie de cette maladie n’est pas totalement élucidée. L’impact du métabolisme du fer sur la NAFLD a attiré l’attention de la communauté scientifique ces dernières années. Un tiers des patients atteints de NAFLD aurait une perturbation du métabolisme du fer. L’hypothèse d’une « ferroptose » - forme de mort cellulaire dépendante du fer a été émise. Cependant, aucune étude n’avait encore exploré  l’association entre plusieurs éléments du métabolisme du fer (fer sérique, ferritine, saturation en transferrine, en récepteur de la transferrine soluble) et la NAFLD en population générale.

Méthodologie

Les données de la base de données National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES) recueillies entre 2017 et 2018 ont été utilisées pour étudier la relation entre le métabolisme du fer et la NAFLD. Des mesures sur modèle animal ont également été réalisées à partir de souris recevant un régime alimentaire riche en graisse durant 30 semaines ou une nourriture normale (groupe contrôle).

Principaux résultats

Au total, les données de 5.483 personnes ont été prises en compte (âge moyen 44,4 ans). La prévalence de la NAFLD sur cette population était de 35,2%. Le taux moyen de fer sérique était de 89,1 μg/dL, celui de ferritine soluble de 138,1 μg/L, la saturation moyenne en transferrine de 27,5% et le taux moyen de récepteurs de la transferrine soluble de 3,211 mg/L.

Les taux de ferritine sérique ne différaient pas de manière significative entre les sujets atteints de NAFLD et les autres.

Une corrélation linéaire négative a été mise en évidence entre les taux de fer sérique, de ferritine soluble, la saturation moyenne en transferrine et la NAFLD, en revanche une corrélation linéaire positive a été établie entre le taux de récepteurs de transferrine et la NAFLD.

Par rapport aux sujets qui n’avaient pas de NAFLD, ceux présentant la maladie avaient une diminution significative des taux de fer sérique et de saturation en transferrine, ainsi qu’une augmentation significative du taux de récepteurs de la transferrine soluble. L’association entre la saturation en transferrine et la NAFLD était statistiquement significative chez les individus de <60 ans, les femmes, les américains d’origine mexicaine, les sujets sans hypertension et ceux qui avaient un IMC≥30 kg/m2.

Le taux de saturation en transferrine sérique était significativement diminué chez les animaux atteints de NAFLD (mais pas les taux de fer sérique). Toutes les souris atteintes de NAFLD ont présenté une diminution des taux sériques de saturation de transferrine. Enfin, des analyses complémentaires ont montré une diminution de l’hepcidine et une augmentation de l’expression génique de la ferroportine sur les biopsies de foies des patients et des souris NAFLD.