Faut-il se méfier des émulsifiants alimentaires ?


  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les émulsifiants alimentaires sont des agents texturants lipophiles et hydrophiles réduisant la tension de surface aux interfaces huile-eau, stabilisant ainsi la matrice alimentaire et augmentant la durée de vie des aliments. Certains sont également utilisés pour les pouvoir épaississants. Ils sont particulièrement employés dans l’industrie alimentaire occidentale pour un certain nombre de produits (viennoiseries, crèmes glacées, confiseries, pâtes à tartiner, …). Ils sont globalement reconnus comme sans danger par la FDA, et des doses journalières acceptables ont été spécifiées par des experts de l’OMS. 

Sont-ils vraiment sûrs ?

La plupart des émulsifiants sont non digestibles, ils arrivent ainsi en grande partie inchangés au niveau intestinal. De récentes données suggèrent qu’ils pourraient contribuer à l’augmentation du poids, de l’inflammation et des troubles métaboliques. D’autres données ont montré que l’augmentation de leur consommation était associée à l’augmentation de l’incidence des maladies inflammatoires chroniques des intestins et à l’épidémie d’obésité. Ils pourraient impacter le microbiome intestinal qui par ailleurs a un rôle majeur dans l’homéostasie corporelle et les maladies inflammatoires. 

Que sait-on de l’impact des émulsifiants sur le microbiome intestinal ?

Seules des études pré-cliniques nous renseignent sur l’impact des émulsifiants sur le microbiome intestinal. Les émulsifiants les plus étudiés sont la carboxyméthycellulose et le polysorbate 80. 

  • Des études menées sur l’animal ont montré que la carboxyméthylcellulose augmenterait la proportion de certaines espèces bactériennes ce qui serait associée à la modification de l’excrétion d’acides biliaires pouvant nuire à l’absorption des lipides. D’autres études ont montré que cet émulsifiant favoriserait le risque de maladie inflammatoire des intestins, les troubles du métabolisme, le développement de tumeur et impactait le comportement social des animaux, suggérant un rôle sur l’axe intestin-cerveau.
  • Le polysorbate 80, quant à lui, a montré un impact négatif sur le microbiome intestinal des souris entraînant une inflammation, un dysfonctionnement du foie et du métabolisme ainsi que le développement de cancer.
  • Des études ont montré l’impact d’autres émulsifiants alimentaires - dont la gomme guar, la pectine d’agrumes – sur le microbiome intestinal, sans pour autant mettre en évidence de conséquences physiques. 

Perspective

À la lumière de ces données, il serait important d’évaluer l’impact de ces agents texturants sur le microbiome humain et plus globalement la santé humaine afin de statuer sur leur potentiel effet délétère ou non.