Faut-il reprendre le traitement par anticoagulants à la suite d’un saignement gastro-intestinal ?


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle recherche suggère que les bénéfices d’une reprise rapide du traitement anticoagulant et/ou antiplaquettaire chez les patients présentant un saignement gastro-intestinal pourraient l’emporter sur les risques. 

L’étude observationnelle a examiné le risque de reprise du saignement, d’événements vasculaires et de décès chez 871 patients en Espagne ayant développé un saignement gastro-intestinal majeur pendant qu’ils recevaient un traitement antiplaquettaire ou anticoagulant. Parmi ces patients, 38,9 % prenaient un anticoagulant, 52,5 % prenaient un antiplaquettaire et 8,6 % prenaient les deux médicaments. 

Les patients ont, dans leur grande majorité (93,1 %), interrompu leur traitement à la suite du saignement gastro-intestinal et 80,5 % ont repris leur traitement dans un délai de 7,6 ± 6,41 jours. La plupart des patients (98,5 %) ont repris leur traitement au cours des 30 premiers jours. 

L’étude a révélé que la reprise du traitement était associée à un risque plus élevé de reprise du saignement (rapport de risque [RR] : 2,184 ; IC à 95 % : 1,357–3,515), mais à un risque plus faible d’événements ischémiques (RR : 0,626 ; IC à 95 % : 0,432–0,906) ou de décès (RR : 0,606 ; IC à 95 % : 0,453–0,804). Les taux de reprise du saignement étaient plus élevés chez les patients qui prenaient un anticoagulant que chez ceux qui prenaient un antiplaquettaire (138,0 contre 99,0 événements pour 1 000 patients-années). 

Selon les auteurs, qui ont présenté les résultats dans la revue Alimentary Pharmacology & Therapeutics, même si d’autres recherches sont nécessaires pour définir plus précisément la meilleure stratégie de prise en charge pour l’arrêt et la reprise du traitement, les résultats suggèrent que la reprise du traitement dans la première semaine suivant un événement de saignement est associée à des bénéfices globaux pour le patient.