Faut-il corriger une anémie ou un déficit en fer même 24 heures avant une chirurgie cardiaque ?

  • Spahn DR & al.
  • Lancet
  • 26 avr. 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Les résultats d’une étude monocentrique montrent qu’une administration unique de fer intraveineux, d’érythropoiétine alpha et de vitamine B12 en sous-cutanée, et d’acide folique par voie orale juste avant une intervention cardiaque, réduirait le nombre de culots globulaires transfusés chez les patients ayant une anémie ou un déficit isolé en fer avant une chirurgie cardiaque. Ainsi, ces résultats suggèrent que l’hémoglobine devrait être mesurée en routine chez les sujets devant subir une telle intervention et qu’un traitement le jour précédant la chirurgie cardiaque serait bénéfique. Cette prise en charge juste avant la chirurgie est un élément intéressant, car nombreux patients ayant un événement cardiaque aigu bénéficient une chirurgie dans les jours qui suivent. 

Pourquoi cette étude est intéressante ?

L’anémie et le déficit en fer sont fréquemment rencontrés chez les sujets devant subir une chirurgie cardiaque. Certains experts préconisent la prise en charge des déficits en fer avant l’opération, qu’il y ait ou non anémie. Cette étude est intéressante car il existe peu de données montrant l’intérêt d’un traitement immédiatement en pré-opératoire.

Méthodologie

Cette étude monocentrique randomisée menée en double aveugle en groupes parallèles et contrôlée a inclus des patients devant subir une intervention chirurgicale et présentant une anémie (n=253, concentration en hémoglobine

Les sujets ont été randomisés afin de recevoir (J-1 avant l’opération) soit une association de carboxymaltose ferrique 20 mg/kg (IV lente), d’érythropoïétine alpha 40.000 U (en SC), de vitamine B12 (1 mg en SC) et d’acide folique (5 mg par voie orale), soit l’équivalent en placebo. L’impact de ce traitement a été évalué sur le nombre de culots globulaires transfusés durant les 7 premiers jours post-opératoires (incluant le jour de l’intervention).

Principaux résultats

Au total, 505 patients présentant une anémie ou un déficit en fer et 505 patients du registre ont été inclus dans les analyses. L’âge moyen était de 68 ans, 35% étaient des femmes et le score moyen EuroSCORE était de 4,3.

  • Le nombre médian de culots globulaires transfusés durant les 7 premiers jours post-opératoires était significativement plus faible dans le groupe traitement (0 culot) par rapport au groupe placebo (1 culot), (p=0,036). Cette différence restait significative 90 jours après l’opération. 
  • À 7 jours, les patients du groupe traité avaient une concentration en hémoglobine, une numération en réticulocytes et une concentration en hémoglobine des réticulocytes significativement supérieures au groupe placebo (p≤0,001).
  • Les taux d’évènements indésirables sévères étaient assez similaires entre les deux groupes (30% dans le groupe traitement et 33% dans le groupe placebo).

Principale limitation

Bien que cette étude ait inclus un nombre conséquent de sujets, une étude de plus large envergure serait nécessaire pour évaluer les différences spécifiques des sujets ayant un déficit en fer sans anémie.

Financements

Étude financée par la Swiss Foundation for Anaesthesia