Faible place des professionnels de santé primaires dans les stratégies locales de santé


  • Caroline Guignot
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

En France, les stratégies de prévention et de promotion de la santé peuvent être déclinées via les Contrats Locaux de Santé (CLS), afin de répondre aux besoins de santé sur le territoire concerné. Ils sont signés entre les Agences Régionales de Santé (ARS) et les collectivités territoriales et visent à fédérer l’ensemble des acteurs concernés autour de cette problématique. Le projet CLoterreS coordonné par la Chaire Promotion de la santé de l’EHESP vise à conduire un travail d’analyse de ces déclinaisons territoriales. Dans un article paru dans Primary Health Care Research & Development , les chercheurs ont souhaité évaluer la façon dont les professionnels de santé en soins primaires sont associés à ces CLS.

Pour se faire, ils ont extrait aléatoirement 17 des 428 CLS signés en France (1 par région), afin d’en conduire une analyse complète. Ces 17 CLS comportaient un total de 440 actions dont 428 étaient analysables. Parmi elles, seules 20,1% faisaient intervenir des prestataires de soins primaires. Les professionnels de soins primaires en étaient rarement les protagonistes (9%) et constituaient plus souvent la cible des actions (66%). Parmi les actions relatives aux soins primaires, les trois quarts visaient à promouvoir l’accès aux soins de santé.

Ainsi, les auteurs soulignent que malgré la recherche d’un accès aux soins, l’implication des professionnels de santé primaire dans les actions de santé publique déclinées par les CLS est rare. De plus, les actions ciblant les déterminants sociaux de santé passées en revue n’intégraient pas des organisations ou professionnels des soins primaires. Enfin, les auteurs soulignent que si leur analyse n’a pu être plus exhaustive, elle a néanmoins mis en lumière la concentration de plusieurs actions intégrant les soins de santé primaires sur certains territoires, au contraire d’autres, ce qui pourrait refléter l’existence de relations entre partenaires locaux et prestataires de santé primaires de l’autre. Ils soulignent en conclusion qu’il y a « à l’évidence une place pour développer des actions de soins primaires orientées vers la communauté à mettre en place au niveau local ». Dans cet objectif, le renforcement des liens entre professionnels de santé et acteurs locaux de santé publique serait nécessaire.