Facteurs de risque de pneumopathie après gastrectomie pour cancer

  • Dr Jean-Fred Warlin

  • JIM Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La gastrectomie avec curage lymphatique reste le traitement de choix du cancer de l'estomac évolué. Elle s'adresse de plus en plus à des sujets âgés (43 % avaient plus de 70 ans au Japon en 2010), mais l'incidence des complications pulmonaires (CP) à cet âge s'accroît (fausses routes). Pour identifier les malades qui devront bénéficier d'une réhabilitation respiratoire, il importe de connaître ceux qui sont le plus exposés à ce risque pulmonaire, et c'est l'objet de ce travail. Cette étude rétrospective porte sur 750 patients ayant un cancer de l'estomac (530 hommes) opérés par les auteurs nippons entre 2010 et 2012, sans chimiothérapie néo-adjuvante.

Le diagnostic de CP a été porté sur les signes suivants : fièvre, toux, dyspnée, crachats purulents, râles bronchiques, leucocytose (ou leucopénie), hypoxémie, signes radiologiques (infiltrat, opacité, condensation) ; la fonction respiratoire a été évaluée par spirométrie : mesure de la capacité vitale (CV) et du volume expiratoire maximum/seconde (VEMS). La présence d'une CP a prolongé le séjour (16 vs 10 jours).
L'âge des malades variait de 19 à 90 ans (moyenne 68). La gastrectomie a été totale dans 27 % des cas, (50 % de gastrectomies distales, et 23 % de gastrectomies proximales ou préservant le pylore) et le curage extensif D1 ou D2 pratiquement constant.

Il y a eu 32 CP (4,3 %) dont une seule avec détresse respiratoire aiguë justifiant une intubation prolongée avec ventilation mécanique assistée en unités de soins intensifs, où le tube trachéal a pu être retiré à J4. Aucun malade n'est décédé de sa CP. Les recherches bactériologiques, quand elles ont abouti, ont révélé la présence de germes variés, au 1er rang desquels Candida, Klebsiella pneumoniae, et Citrobacter koseri.

Les facteurs de risque associés aux CP se sont révélés être : le sexe masculin (5 fois plus), l'âge ≥ 75 ans, la présence d'un diabète, le tabagisme, une fonction respiratoire déjà altérée, la nécessité de transfusion sanguine et la réalisation d'une gastrectomie totale. En analyse multivariée, les facteurs de risque indépendant de pneumopathies qui subsistent sont : l'insuffisance respiratoire préalable, l'âge ≥ 75, le diabète et la transfusion peropératoire.