Facteurs de risque d’événements thromboemboliques chez les patients sous traitement anticoagulant qui sont atteints d’une fibrillation auriculaire


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un rapport international normalisé (RIN) stable, le fait d’éviter une exposition à des agents antiplaquettaires ou à des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et la prévention de la maladie du foie pourraient réduire le risque de saignement et d’accident vasculaire cérébral (AVC) résiduel chez les patients sous traitement anticoagulant qui sont atteints d’une fibrillation auriculaire (FA), selon une recherche publiée dans la revue BMJ Open

Pour les besoins de l’étude, des chercheurs ont examiné les données de 5 310 patients ayant reçu des antagonistes de la vitamine K (AVK) dans la cohorte Prévention des événements thromboemboliques–Registre européen sur la FA (PREFER in AF), pour aider à identifier les facteurs de risque d’événements thromboemboliques et de saignements majeurs. Les résultats ont ensuite été validés à l’aide de données portant sur 3 156 patients ayant reçu des anticoagulants oraux autres que des AVK (anticoagulants oraux directs, AOD), issus de la cohorte PREFER in AF Prolongation pour la prévention des AVC dans le cadre de la FA.

L’étude a révélé qu’une fonction hépatique anormale, un antécédent d’AVC ou d’accident ischémique transitoire, un RIN labile, des agents antiplaquettaires ou des AINS concomitants, une insuffisance cardiaque et un âge plus avancé (supérieur ou égal à 75 ans) étaient associés de manière indépendante à des événements de thromboembolie et de saignement majeur. Ces facteurs de risque ont été validés chez les patients traités par AOD, à l’exception des valeurs de RIN instables. 

« S’occuper des facteurs de risque modifiables est un objectif thérapeutique important chez les patients sous traitement anticoagulant qui sont atteints d’une FA pour réduire les événements de thromboembolie et de saignement », ont affirmé les auteurs, ajoutant que « des scores de risque de saignement élevés ne doivent pas empêcher l’instauration d’un traitement anticoagulant chez les patients à risque d’AVC ».