Exposition parentale à un champ électromagnétique basse fréquence et risque de leucémie chez l’enfant

  • Occup Environ Med

  • Par Nathalie Barrès
  • Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Une méta-analyse de très large envergure montre que :

  • L’exposition professionnelle d’hommes et de femmes à un champ magnétique basse fréquence >0,2 microtesla (μT) au moment de la conception n’augmenterait pas le risque de leucémie lymphoblastique aiguë (LLA) ou de leucémie myéloïde aiguë (LMA) chez leur descendance. 
  • Le même constat a été fait lorsque seules les mères étaient considérées. 
  • Aucune tendance à l’augmentation du risque n’a été mise en évidence lorsque le niveau d’exposition augmentait, et ce même au-dessus de 1 μT.

Pourquoi cette étude est intéressante ?

La leucémie est le cancer le plus fréquent chez l’enfant avant 15 ans. La survenue précoce de ces cancers laisse supposer une origine in utero. Plusieurs études ont exploré l’association entre l’exposition parentale à des champs magnétiques basses fréquences dans l’environnement professionnel et la survenue d’une leucémie chez leurs enfants. Cependant, les résultats étaient jusque-là assez contradictoires. L’envergure de cette méta-analyse offre un regard plus robuste. 

Méthodologie

Un consortium international sur les leucémies chez l’enfant a exploré l’éventuelle relation entre exposition parentale à un champ magnétique basse fréquence au moment de la conception et le risque de leucémie chez la descendance. Au total, 11 études cas-témoins, incluant 9.723 enfants de moins de 15 ans lors du diagnostic de leucémie (1989 et 2011) et 17.099 témoins (issus de population de registres des mêmes hôpitaux) ont été inclus dans ces analyses.

Principaux résultats

La LLA était plus fréquente chez les enfants âgés de 1 à 4 ans, et la LMA chez ceux de 2 ans et plus. Un peu plus de 50% des cas de LLA ou LMA étaient des garçons. L’exposition maximale était constatée chez les conducteurs de train (hommes : 17,88 μT, femmes : 5,48 μT).

Aucune association n’a été mise en évidence entre l’exposition parentale professionnelle à un champ magnétique >0,2 μT et le risque de LLA (odds ratio(OR) 1,04 [0,95-1,13]). Le même constat a été réalisé lorsque seule l’exposition de la mère était considérée (OR 1,00 [0,89-1,12]).

Des résultats similaires ont été retrouvés pour l’association avec la LMA (respectivement OR 1,06 [0,87-1,29] pour l’exposition parentale et 0,85 [0,61-1,16] pour l’exposition maternelle seule).

Aucune association n’a été mise en évidence lorsque les intensités d’exposition parentale étaient plus élevées, notamment au-dessus de 1 μT.

Principales limitations

Une mauvaise classification des données ne peut être écartée dans les études rétrospectives.