Exposition excessive aux antibiotiques chez les enfants de moins de cinq ans dans les pays à revenu faible ou intermédiaire

  • Fink G., et coll.
  • Lancet Infect Dis
  • 13 déc. 2019

  • Par Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les enfants vivant dans des pays à revenu faible ou intermédiaire (PRFI) reçoivent des quantités excessives d'antibiotiques prescrits au cours de leurs 5 premières années de vie. Ceci pourrait nuire à leur capacité à lutter contre les agents pathogènes et augmenter l'antibiorésistance dans le monde, selon une nouvelle étude transversale publiée dans Lancet Infectious Diseases.

Les chercheurs ont analysé les données en provenance d'établissements de santé et d'enquêtes auprès des ménages pour la période 2007-2017 dans huit pays : Haïti, le Kenya, le Malawi, la Namibie, le Népal, le Sénégal, la Tanzanie et l'Ouganda.

Les résultats globaux ont montré que des antibiotiques étaient administrés à 80,5 % des enfants après un diagnostic de maladie respiratoire, à 50,1 % des enfants atteints de diarrhée et à 28,3 % des enfants atteints de paludisme.

Le nombre moyen de prescriptions d'antibiotiques rédigées entre la naissance et l'âge de 5 ans dans ces huit PRFI était de 24,5 (IC 95 % 22,6–26,7), oscillant entre 7,1 (6,3-7,9) au Sénégal et 59,1 (54,1-64,6) en Ouganda.

Par comparaison, une étude précédente avait montré que les enfants âgés de moins de 5 ans en Europe reçoivent en moyenne moins d'une prescription d'antibiotiques par an.

« Nous savions déjà que les enfants vivant dans des PRFI sont plus souvent malades et que les taux de prescription d'antibiotiques sont élevés dans de nombreux pays. Nous ignorions toutefois la répercussion que cela avait en matière d'exposition réelle aux antibiotiques - et les résultats sont plutôt alarmants, » a déclaré l'auteur principal de l'étude, Günther Fink.