Existe-t-il un risque plus important de cancer après une fausse couche ?


  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Plusieurs facteurs liés à la reproduction ont été associés au risque de cancer. Par exemple, un jeune âge à la première grossesse menée à terme diminuerait le risque de cancer du sein, alors que ce même risque serait augmenté par un accouchement au-delà du terme. Chaque naissance supplémentaire réduirait aussi le risque de cancer des ovaires et de l’endomètre. Des mécanismes immunologiques ont été identifiés lors de fausses couches successives et pourraient impacter le développement de certains cancers. C’est sur la base de ces données qu’une équipe de chercheurs danois a évalué l’impact global des fausses couches et de leur récidive sur le risque de cancer. Les résultats de cette étude observationnelle montrent qu’il n’y aurait aucune association entre les fausses couches et le développement après l’âge de 40 ans d’un cancer invasif quel que soit le cancer, ou de 11 cancers spécifiques. En revanche, la survenue successive de trois fausses couches a été associée à l’augmentation du risque de cancer. Ces conclusions pourraient inciter à un suivi plus spécifique de ces femmes.

Une étude nationale observationnelle

Cette étude a été menée à partir des données de toutes les femmes danoises nées entre 1957 et 1972 et ayant développé un cancer invasif après l’âge de 40 ans. Ces femmes ont été appariées (1:10) sur l’année de naissance avec des femmes sans cancer, et toutes ont été suivies jusqu’en 2017. 

Principaux résultats

Au total, 28.785 femmes ayant eu au moins une fausse couche et ayant développé un cancer invasif après l’âge de 40 ans (âge moyen 48,7 ans), et 283.294 femmes contrôles sans cancer (âge moyen 48,6 ans) ont été incluses dans les analyses.

Aucune association n’a été mise en évidence de manière globale entre la survenue d’une fausse couche et le développement ultérieur d’un cancer au-delà de 40 ans, que le risque soit global ou spécifique. 

Parmi les femmes n’ayant pas eu d’enfant avant une ou plusieurs fausses couches, deux fausses couches successives ne seraient pas associées à un risque de cancer ultérieur alors qu’une 3e fausse couche augmenterait de 27% le risque de cancer quel qu’il soit (odds ratio 1,27 [1,04-1,56]).