Exclusif : une majorité des professionnels favorable à l’extension des compétences vaccinales des infirmières

  • Aurélie Haroche

  • JIM Actualités métier
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Paris, le mercredi 14 mars 2018 - « Tu aurais pu être médecin, tu es juste infirmier » ! Le titre de ce billet de blog, publié récemment sur la version québécoise du Huffington Post pourrait être un résumé des éternelles crispations qui existent entre les médecins et les infirmières, partout à travers le monde. « Cette tendance qu'ont les infirmières à se dévaloriser est bien connue dans les études scientifiques depuis près de 35 ans. Historiquement, la profession a été dominée par la profession médicale. Cette domination s'exprime notamment à travers le pouvoir décisionnel dans les hôpitaux (…). Quand on favorise un groupe avec du pouvoir, de l'argent et de la reconnaissance : le réflexe est de vouloir ressembler à ces individus » répond l'auteur à cette phrase (supposée) de sa mère, pourtant elle aussi infirmière. Mais le rédacteur du blog estime que les infirmières doivent faire évoluer leur vision d'elles-mêmes : « Que cela soit clair, que nous soyons infirmières, inalothérapeutes, préposés aux bénéficiaires ou n'importe quel autre professionnel de la santé, ce que nous faisons au quotidien a une valeur inestimable pour la population québécoise » écrit l'auteur avant de conclure : « La prochaine fois que tu me diras que j'aurais pu être médecin, je te dirais que j'ai choisi de devenir infirmier et qu'il est possible de poser des actions valorisantes au quotidien ».

Crispations en haut lieu, coordination sur le terrain ?







Sondage réalisé sur JIM du 11 février 2018 au 11 mars 2018
la possibilité de « vacciner (…) l'entourage des personnes âgées sans prescription