Évènements cardiovasculaires : comment l’hygiène de vie et le risque génétique se combinent-ils ?

  • Said MA & al.
  • JAMA Cardiol
  • 27 juin 2018

  • de Caroline Guignot
  • Lecture critique
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • À partir des données de 339.003 patients issus de l’étude UK Biobank, une mauvaise hygiène de vie constitue un facteur de risque important d’incidence des évènements cardiovasculaires et de diabète. Elle s’associe au risque génétique selon un effet logarithmique : si les sujets ayant une bonne hygiène de vie présentent peu de variation de l’incidence des ECV selon leur risque génétique, ceux qui ont de mauvaises habitudes ont un risque d’ECV bien supérieur lorsqu’ils présentent un risque génétique élevé, par rapport à ceux qui ont un risque génétique faible. Cependant, aucune interaction n’a été trouvée entre le paramètre d’hygiène de vie et de risque génétique.

  • Ces résultats invitent à encourager les modifications des habitudes hygiéno-diététiques pour tous les profils, indépendamment de leur risque génétique.

Pourquoi cette étude a-t-elle été conduite ?

Récemment, il a été montré que les variants génétiques et l’hygiène de vie ont un impact cumulatif mais indépendant sur le risque de coronaropathie. Il était intéressant d’évaluer si l’influence respective de ces deux paramètres peut être ou non généralisée à l’ensemble des maladies cardiovasculaires,

Méthodologie

  • L’étude Biobank est une étude britannique qui a recruté plus de 500.000 britanniques de 40 à 70 ans et pour lesquels la collecte d’échantillons sanguins a permis de recueillir les données génétiques, complétées par des questionnaires, entretiens et visites médicales ayant permis de collecter les informations sociodémographiques, environnementales et médicales.

  • Le score de risque polygénique a été calculé à partir de la présence d’un ou deux allèles de 169 SNP caractéristiques des coronaropathies, 25 SNP pour la fibrillation atriale, 11 SNP pour l’AVC, 107 SNP pour l’HTA et 38 SNP pour le diabète.

Principaux résultats

  • L’analyse a été conduite à partir des données de 339.003 participants (56,9 ans d’âge moyen, 53,6% de femmes), dont 20,3% avaient une hygiène de vie optimale et 5,2 % avaient une mauvaise hygiène de vie. Ceux ayant les moins bonnes habitudes hygiéno-diététiques avaient une PA et un IMC plus élevé que ceux qui avaient les meilleures habitudes de vie, et avaient un niveau d’études inférieur.

  • Au cours du suivi médian de 6,2 ans, 4,8% de ces participants ont développé une HTA, 3,0% ont développé une coronaropathie, 2,1% une fibrillation atriale, 1,4% un diabète et 0,9 % un AVC.

  • Les sujets présentant le plus fort score de risque polygénique avaient un risque  cardiovasculaire supérieur à ceux dont le score était faible, avec un hazard ratio ajusté de 1,86 [1,74-1,98] pour la coronaropathie, 2,33 [2,16-2,52] pour la fibrillation atriale, 1,24 [1,12-1,38] pour l’AVC, 1,44 [1,36-1,53] pour l’HTA et 1,91 [1,74-2,10] pour le diabète (p

  • Ceux qui avaient un risque génétique plus élevé avaient un risque d’ECV globalement supérieur par rapport à ceux dont le score de risque était faible, et l’hygiène de vie venait accroître le risque pour un même score de risque. Ainsi, ceux combinant de mauvaises habitudes hygiéno-diététiques et un risque génétique élevé avaient un hazard ratio ajusté de 4,54 [3,72-5,54] pour la coronaropathie, 5,41 [4,29-6,81] pour la fibrillation atriale, 2,26 [1,63-3,14] pour l’AVC, 4,68 [3,85-5,69] pour l’HTA et 15,46 [10,82-22,08] pour le diabète (p

  • Aucune interaction liant l’hygiène de vie et le risque génétique n’a été trouvée comme significative.

  • La fraction attribuable dans la population (PAF) suggère que 72% des diabètes, 44% des HTA, 37% des coronaropathies, 25% des fibrillations atriales et 19% des AVC incidents auraient pu être évités si tous avaient eu une hygiène de vie optimale.

Principales limitations

  • La causalité n’est pas démontrée par cette étude longitudinale. Aussi, l’évaluation de la PAF doit être interprétée avec prudence.

  • Certaines données étaient auto-déclarées.