Evaluation échographique du résidu gastrique chez l’enfant : dans quelle position ?

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Dans le cadre de la chirurgie d'urgence, la hantise suprême est bien l'inhalation du liquide gastrique résiduel (LGR) dont le volume ne peut qu'être apprécié indirectement (en raison de l'obstacle que constitue la poche à air gastrique) par la mesure échographique de la surface de la section de l'antre gastrique (SAG) chez l'enfant, comme elle semble pouvoir l'être chez l'adulte (1).

Une étude helvète (2) s'est proposée de mieux apprécier le LGR en recourant à plusieurs positions au lit de l'enfant et en le comparant aux données de l'IRM, et partant, d'en faire un test diagnostique.

Après avoir jeuné une nuit, des enfants sains ont reçu un petit déjeuner léger fait de lait et de céréales, suivi 2 ou 4 heures plus tard, de 7 ml/kg de jus de framboise. La vacuité gastrique a été mesurée par IRM, puis par échographie (sonde conventionnelle convexe de 4 MHz) en décubitus latéral droit (DLD) et en décubitus dorsal avec surélévation de la partie supérieure du corps à 45° (DDSUR), jusqu'à la 4e et 6e heure. Des coefficients de corrélation (R de Pearson ; intervalle de confiance à 95 % [IC 95 %]) ont été recherchés entre SAG et LGR corrigé selon le poids corporel, ...