Évaluation de l’immunothérapie contre les allergies aux moisissures

  • Tabar AI & al.
  • J Allergy Clin Immunol
  • 1 juil. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Une étude clinique espagnole décrit pour la première fois l’efficacité et la sécurité d’une immunothérapie sous-cutanée (SC) par Alt a1 chez des patients – enfants et adultes -– allergiques aux moisissures. En effet, cette étude, malgré ses limitations, a décrit une efficacité à 2 ans sur le score combiné de symptômes et prise de médicaments (score CSMS) lorsque le protocole utilisait la plus forte dose testée. Le profil de tolérance ne montrait la survenue d’aucun évènement indésirable lié au traitement.

Allergies et Alt a1

Altenaria est le genre de champignons probablement le plus important sur le plan des allergies aux moisissures. Il est notamment représenté par Altenaria alternata . Son allergène a été identifié chez près de 90 % des sujets allergiques au genre Altenaria .

Méthodologie

L’étude multicentrique randomisée et menée en double aveugle a recruté des patients de 12 ans ou plus ayant un diagnostic d’allergie aux moisissures, avec ou sans asthme léger à modéré.  Des patients de 12 ans ou plus ont été recrutés, randomisés (1:1:1) pour être traités par un protocole d’immunothérapie SC à forte ou faible dose, ou par un placebo. Après 1 an, les patients sous placebo étaient basculés dans le bras forte dose.

Principaux résultats

  • Au total, 111 patients ont débuté le protocole (59,5 % d’hommes, âge moyen 12 ans, et 43,2% âgés de moins de 18 ans). Parmi eux, 64 patients ont pu être inclus dans l’analyse per protocole.
  • À 12 mois, le score composite CSMS était réduit de façon plus significative après immunothérapie forte ou faible dose versus placebo, avec -63% et -26% par rapport au groupe placebo, la significativité statistique étant atteinte dans le groupe forte dose uniquement.
  • À 12 mois, l’évaluation menée lors des prick tests a mis en évidence une diminution de l’aire des papules de 49 et 56% avec un extrait de A. alternata et de 55 et 62% avec l’allergène Alt a1 dans les groupes faible et forte dose respectivement, versus placebo. À 24 mois, la comparaison entre les deux groupes montrait une diminution supérieure pour ceux ayant reçu la forte dose versus la faible dose.
  • La diminution des taux d'IgE spécifiques était de 29% à 24 mois dans le groupe forte dose.
  • Aucune différence en termes de fréquence des effets indésirables n’a été observée entre les trois groupes de traitement, et aucun évènement grave n’a été signalé.

Principales limitations

L’étude avait recruté un petit effectif et la population per protocole était faible par rapport à la population en intention de traiter.

Financement

L’étude a été sponsorisée par les laboratoires Diater SAS.