EuroCMR 2019 : le moment optimal pour l’IRM-CV après un STEMI


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

De nouveaux résultats présentés le week-end dernier en Italie, à l’occasion de l’édition 2019 du congrès de l’EuroCMR, suggèrent que la réalisation précoce d’un examen d’imagerie par résonance magnétique cardiovasculaire (IRM-CV) pourrait être le meilleur moyen pour stratifier de manière efficace et en temps opportun le risque à la suite d’un infarctus du myocarde à surélévation du segment ST (ST-segment elevation myocardial infarction, STEMI). 

L’étude a inclus 511 patients ayant subi un STEMI et traités par reperfusion, qui ont fait l’objet d’une IRM-CV post-reperfusion (durée médiane : 4 jours après le STEMI) et d’une IRM-CV de suivi (durée médiane : 4,8 mois après le STEMI). Les volumes du ventricule gauche (VG), la fonction du VG, la taille de l’infarctus et l’étendue de l’obstruction microvasculaire (EOM) ont été quantifiés. Trois modèles multivariés ont été développés, notamment le score de risque de thrombolyse de l’infarctus du myocarde (Thrombolysis-in-Myocardial-Infarction, TIMI), avec les paramètres de l’IRM-CV post-STEMI précoce (IRM-CV précoce) ou de l’IRM-CV de suivi (IRM-CV différée) ou des deux IRM-CV, ainsi que le remodelage défavorable du VG (association des deux IRM-CV). Le critère d’évaluation principal était un critère composite regroupant le décès toutes causes confondues et l’hospitalisation pour cause d’insuffisance cardiaque (IC).

Durant un suivi médian de 8,5 ans, 23 décès ont été comptabilisés ainsi que 38 hospitalisations pour cause d’IC. Les auteurs ont découvert qu’une IRM-CV précoce, une IRM-CV différée et l’association des deux IRM-CV ont démontré une valeur prédictive similaire pour les événements du critère d’évaluation principal. Ils ont cependant noté que l’IRM-CV précoce leur a permis d’estimer correctement un résultat défavorable chez 56 % des patients développant un événement du critère d’évaluation principal entre l’IRM-CV précoce et l’IRM-CV différée. 

Les auteurs sont arrivés à la conclusion qu’une IRM-CV précoce doit être envisagée comme la stratégie à privilégier pour une stratification du risque efficace et en temps opportun dans le cadre d’un STEMI.