EuroCMR 2019 : la fonction ventriculaire gauche dans le cadre de la régurgitation valvulaire aortique


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Chez les patients présentant une régurgitation aortique (RA) significative, la distensibilité aortique (DA) est associée de manière indépendante au dysfonctionnement du ventricule gauche (VG). C’est ce que suggère une étude présentée le week-end dernier à l’occasion de l’édition 2019 du congrès de l’EuroCMR de la Société européenne de cardiologie (European Society of Cardiology), en Italie.

L’étude a inclus 63 patients consécutifs présentant une RA sévère basée sur la présence d’une fraction régurgitante (FR) supérieure à 33 %, telle qu’évaluée par un examen d’imagerie par résonance magnétique cardiovasculaire (IRM-CV). La présence d’une maladie de l’artère coronaire a été exclue par une angiographie coronarienne ou une tomodensitométrie cardiaque. Les critères d’exclusion comprenaient un rythme non sinusal, la présence d’une autre maladie valvulaire significative et d’une maladie coronaire.

Les auteurs de l’étude ont découvert une corrélation significative entre la FR et le volume en fin de diastole (VFD) du VG (r = 0,040 ; P = 0,02). Une corrélation inverse a par ailleurs été constatée entre l’âge et la déformation longitudinale globale (DLG) (r = -0,38 ; P = 0,05) et entre la DA et le VFD du VG (r = -0,50 ; P = 0,008), la fraction d’éjection (r = -0,59 ; P = 0,002) et la DLG (r = -0,65 ; P = 0,001). La DA était un prédicteur indépendant d’une réduction de la DLG.

Aucune corrélation n’a été observée entre la pression artérielle ou le diamètre maximal de l’aorte ascendante et les volumes du VG, la fraction d’éjection ou la DLG.

Les auteurs ont conclu que la DA est associée de manière indépendante au dysfonctionnement du VG chez les personnes présentant une RA significative. Ils suggèrent que cela pourrait avoir des implications pronostiques et thérapeutiques, à savoir le moment de l’intervention chirurgicale.