EuroCMR 2019 : l’activité physique améliore la santé cardiovasculaire chez les adultes nés prématurément


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les troubles cardiovasculaires associés à une naissance prématurée pourraient être corrigés par l’activité physique au début de l’âge adulte, selon une recherche présentée à l’occasion de l’édition 2019 du congrès de l’EuroCMR, en Italie, le week-end dernier. 

Des essais cliniques démontrent souvent les bénéfices cardiovasculaires de l’entraînement physique chez les populations à risque. C’est la raison pour laquelle des chercheurs ont étudié la question de savoir si un programme supervisé pouvait être bénéfique pour des individus présentant des troubles cardiovasculaires liés à la prématurité, selon l’évaluation des paramètres fonctionnels de l’imagerie par résonance magnétique cardiovasculaire (IRM-CV). 

Ils ont recruté 8 adultes nés prématurément et 6 témoins en bonne santé de 18–29 ans, qui avaient participé à un programme d’activité physique de 14 semaines d’entraînement aérobique et d’entraînement de résistance 3 fois par semaine. 

Les auteurs ont rapporté que, même si la structure et la fonction cardiaques étaient moins bonnes au début de l’étude chez les participants nés prématurément, elles se sont avérées similaires chez les participants nés prématurément et les témoins à l’issue du programme d’activité physique. 

« Nous ignorions jusqu’à présent si ce phénomène [les troubles cardiovasculaires associés à une naissance prématurée] était permanent ou si des améliorations étaient possibles », a déclaré le professeur Anne Monique Nuyt, néonatologiste et co-investigatrice principale de l’étude. « Nous venons de montrer pour la première fois comment faire pour que le cœur des personnes nées prématurément fonctionne aussi bien que celui de leurs pairs. Aucun médicament n’a été nécessaire, il a suffi d’un programme d’activité physique de 14 semaines. »