EUROASPIRE V : l’observance des médicaments cardiovasculaires


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La non-observance des médicaments cardiovasculaires varie de 0 à 31 % parmi les 12 pays participant à l’étude collaborative EUROASPIRE V.

Les derniers résultats d’EUROASPIRE V se rapportent à un sous-échantillon de 3 408 participants (76 % de sexe masculin ; âge moyen : 64 ans), recrutés dans 12 pays, qui ont été admis dans un hôpital 6 à 24 mois plus tôt pour cause d’un syndrome coronaire aigu (SCA). Les patients ont été interrogés sur leur observance à des traitements antihypertenseurs, hypoglycémiques et hypolipémiants.

Globalement, la non-observance a été auto-évaluée à 9 % ; 7 % pour les médicaments hypoglycémiques, 7 % pour les médicaments hypolipémiants et 5 % pour les antihypertenseurs. Les taux ont varié de manière significative entre les pays, allant de 0 % aux Pays-Bas à 31 % en Ukraine.

Un niveau d’études plus élevé a été associé à une non-observance plus faible (9 % dans le cas d’un niveau d’études élevé, contre 14 % dans le cas d’un niveau d’études faible), de même qu’un revenu plus élevé (7 % dans le cas d’un revenu élevé, contre 14 % dans le cas d’un revenu faible).

La non-observance était la plus élevée chez les patients prenant 1 seule classe de médicament (14 %), par rapport à ceux en prenant 2 (8 %) ou 3 (9 %), et était accrue chez ceux ne participant pas à une rééducation cardiaque (13 % chez les patients y participant, contre 5 % chez les patients n’y participant pas : P 

Selon les auteurs, les résultats appuient le rôle important de la rééducation cardiaque dans le cadre de l’observance du traitement.