EURETINA : FUMER TUE mais pas seulement…

  • Dr Jean-Claude Lemaire

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

C'est écrit en grand et en gras sur tous les paquets de cigarettes. Mais, tout comme il existe un village d'irréductibles gaulois résistants à l'envahisseur, il existe une population de fumeurs qui, volontairement ou non, semblent complètement réfractaires à ce message.
Ce qui donne d'autant plus de poids à la communication de Caroline Klaver (Rotterdam, Pays Bas) qui, lors de la session consacrée à l'épidémiologie des atteintes affectant la rétine, a souligné qu'en dépit de preuves accablantes, la plupart des fumeurs ne sait tout simplement pas que leurs habitudes tabagiques les mettent à risque de problèmes de vision.

« Le fait de fumer est connu pour multiplier par huit le risque d'occlusion de l'artère centrale de la rétine » a-t-elle rappelé dans son intervention. Elle a également mentionné que les fumeurs avaient un risque accru de DMLA humide, d'atrophie géographique, d'exophtalmie, de neuropathie optique, d'uvéite intermédiaire et de sécheresse oculaire.

Ces différents risques existent en tant que tels et sont encore majorés de moitié chez les sujets fumeurs présentant certaines caractéristiques génétiques. Elle a également souligné que le risque pour la santé oculaire et visuelle existait avant même la naissance, puisqu'il semble que le tabagisme de la femme enceinte s'accompagne, pour de raisons non élucidées à ce jour, d'une probabilité de strabisme majorée de 50 %.

Selon une étude réalisée par le service national de santé du Royaume-Uni, environ 40 % seulement des patients fumeurs ayant des problèmes oculaires sont au courant de la relation entre tabagisme et problèmes oculaires.

Et d'interpeler l'assistance : "Je crois qu'il est de notre responsabilité en tant qu'ophtalmologues de les informer sur ce point."

Une attitude d'autant plus justifiée qu'elle déclare que : "Les patients semblent plus enclins à considérer le risque de cécité comme une meilleure raison d'arrêter de fumer que le risque de mourir".