EULAR : Six articulations à l’échographie pour le diagnostic de polyarthrite rhumatoïde

  • Dr Roseline Péluchon

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La radiographie est considérée comme l'examen de choix pour visualiser et quantifier les lésions osseuses de la polyarthrite rhumatoïde. Toutefois, depuis plusieurs années, l'échographie émerge comme un examen performant en pratique clinique pour le diagnostic de cette maladie. Selon certains travaux, elle permet de détecter plus de lésions articulaires érosives que la radio, particulièrement aux stades précoces de la maladie.
Une équipe française a réalisé une étude dans l'objectif de déterminer le seuil et les meilleurs scenarii pour le diagnostic de polyarthrite rhumatoïde et d'arthrose, par échographie. Au total, 168 patients ont été inclus, remplissant les critères ACR 1987 et ou ACR/EULAR 2010 pour la polyarthrite rhumatoïde (n = 122, 32 au stade précoce, 90 à un stade avancé) ou pour l'arthrose des mains (n = 46). Les érosions étaient évaluées au niveau des 2ème, 3ème et 5ème articulations métacarpo-phalangiennes droites et gauches, sur une échelle à 4 degrés.
Sur les radios, 42 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde (6 à un stade précoce, 36 à un stade tardif), et 5 patients arthrosiques présentaient des érosions, selon les critères de l'ACR/EULAR 2013, donnant à l'examen une sensibilité de 34,4 % et une spécificité de 89,1 %. A l'échographie, des érosions sont dépistées chez 95 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde (21 à un stade précoce, 78 à un stade tardif) et 12 patients atteints d'arthrose.
En prenant au moins deux surfaces articulaires érodées (seuil 1) ou une surface érodée de grade 2 (seuil 2), l'échographie atteint une bonne sensibilité (68 % -72,1 %) et une excellente spécificité (89,1 %-100 %). Ainsi, avec seulement 6 articulations examinées, 73 patients étaient classés comme atteints d'une polyarthrite rhumatoïde érosive avec les seuils 1 et 2, avec une bonne sensibilité (58,8-60,0 %) et une excellente spécificité (95,6-100 %). L'examen ainsi réalisé permet de confirmer 1,7 fois plus de patients atteints de polyarthrite rhumatoïde que la radio, que ce soit au stade précoce ou à un stade avancé.