Étude PAIN-K : que peut-on attendre de la kétamine intranasale ?

  • Andolfatto G & al.
  • Ann Emerg Med
  • 27 mars 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Cette étude monocentrique suggère qu’il y aurait un véritable intérêt à utiliser la kétamine par voie intranasale en plus des soins usuels chez les patients présentant des douleurs aiguës. Cette molécule agirait rapidement et permettrait à un plus grand nombre de patients d’être soulagés en moins de 30 minutes. 

Pourquoi cette étude est intéressante ?

L’administration intranasale d’un analgésique est une solution idéale pour les soins en ambulatoires car elle peut être administrée rapidement sans accès intraveineux potentiellement problématique.

Méthodologie

PAIN-K est une étude randomisée menée en double aveugle versus placebo chez des adultes souffrant de douleurs aiguës et traités en ambulatoires. Les patients devaient avoir un score de douleur sur une échelle verbale numérique de 5 ou plus pour être inclus et randomisés entre un groupe recevant une administration intranasale de kétamine (0,75 mg/kg) ou une solution saline intranasale. Tous les patients recevaient des soins standards incluant du protoxyde d’azote.

Le critère principal d’évaluation était le soulagement de la douleur d’au moins 2 points sur l’échelle numérique verbale, 30 minutes après l’administration.

Principaux résultats

Au total, 1.020 patients ont été inclus dans les analyses. L’âge, le poids, la répartition hommes/femmes, les comorbidités, les indications et le score initial de douleur étaient similaires entre les groupes.

  • Un pourcentage plus important de patients traités par kétamine a bénéficié d’une réduction cliniquement significative de la douleur à 30 minutes par rapport aux patients sous placebo (≥2 points sur l’échelle verbale numérique) : 76% des patients sous kétamine versus 22% sous placebo, p=0,002.
  • Ce différentiel était déjà perceptible dès 15 minutes : 63% versus 35%.
  • Une proportion plus importante de patients sous kétamine ont eu des effets indésirables, mais tous ont été considérés comme mineurs. Les principaux étaient des vertiges et un sentiment de déréalisation.
  • Aucun patient n’a eu besoin d'un traitement analgésique de secours.
  • La satisfaction des patients étaient plus importante sous kétamine que sous placebo : score 5/10 pour le groupe kétamine versus 2/10 pour le groupe placebo.

Principales limitations

Cette étude a été menée dans un seul centre, et certains patients n’ont pas reçu de protoxyde d’azote, donc impossible de comparer la kétamine au protoxyde d’azote seul.