Étude : les travailleurs agricoles doivent faire l’objet d’une surveillance quant aux maladies cardiovasculaires


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle recherche suggère que l’exposition professionnelle aux pesticides peut jouer un rôle dans le développement de maladies cardiovasculaires (MCV), les auteurs de l’étude ayant suggéré que les travailleurs et ouvriers agricoles doivent être surveillés quant aux résultats liés aux MCV. 

Ce sont les derniers résultats qui ressortent du programme sur le cœur de Kuakini à Honolulu (Kuakini Honolulu Heart Program), qui a inclus plus de 8 000 hommes américano-japonais à Hawaï entre 1965 et 1968. Les hommes inclus dans l’étude étaient âgés de 45 à 68 ans et ont indiqué leur profession. Les données sur les taux de cardiopathie et d’accident vasculaire cérébral étaient disponibles jusqu’en décembre 1999. 

L’étude a révélé que, par rapport aux hommes qui n’étaient pas exposés aux pesticides dans le cadre de leur travail au cours des 10 premières années de suivi, ceux fortement exposés aux pesticides avaient un risque plus élevé de près de 46 % de MCV. Aucune relation significative n’a été identifiée entre une exposition faible à modérée aux pesticides et le risque de cardiopathie ou d’accident vasculaire cérébral.

Selon les auteurs, qui ont présenté les résultats dans la revue Journal of the American Heart Association, les professionnels de santé doivent avoir conscience que l’exposition aux pesticides constitue un risque pour la santé au travail, en particulier chez les populations agricoles. Ils ont déclaré qu’il est nécessaire de consigner les expositions chimiques à long et court terme, en particulier les expositions aux pesticides, dans des dossiers médicaux individuels.