Étude italienne : une IRA survient dans 10 % des cas de chirurgie pour un cancer du poumon

  • Cardinale D & al.
  • Lung Cancer
  • 1 sept. 2018

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une étude italienne révèle qu’une insuffisance rénale aiguë (IRA) survient chez près de 10 % des patients faisant l’objet d’une intervention chirurgicale pour un cancer du poumon.
  • Les taux de créatinine sérique et de peptide natriurétique de type pro-B N-terminal (NT-proBNP) préopératoires sont de bons facteurs prédictifs du risque d’IRA.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’IRA est une complication fréquente après une intervention chirurgicale, mais son incidence chez les patients atteints d’un cancer du poumon n’a pas été suffisamment étudiée.

Protocole de l’étude

  • Étude prospective et observationnelle.
  • 2 179 patients ont fait l’objet d’une intervention chirurgicale pour un cancer du poumon.
  • L’étude n’a pas reçu de financement.

Principaux résultats

  • 10 % des patients ont présenté une IRA, le plus souvent de stade 1 (90 %).
  • Les patients présentant une IRA étaient plus susceptibles d’être des hommes (82 % contre 59 %) et d’être atteints d’hypertension (65 % contre 40 % ; P 
  • Le taux de complications postopératoires, notamment la fibrillation auriculaire (23 % contre 9 % ; P 
  • La créatinine sérique (aire sous la courbe [ASC] : 0,70 ; IC à 95 % : 0,67–0,74) et le NT-proBNP (ASC : 0,71 ; IC à 95 % : 0,67–0,74), à la fois seuls et combinés (ASC : 0,74 ; IC à 95 % : 0,71–0,77), étaient des facteurs prédictifs indépendants de l’IRA.

Limites

  • Étude monocentrique.