Étude italienne : la laparoscopie offre de meilleurs résultats dans le cadre des MHCCR

  • JAMA Surg

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints de métastases hépatiques du cancer colorectal (MHCCR) ayant fait l’objet d’une chirurgie laparoscopique ont présenté moins de complications graves, une moindre morbidité postopératoire ainsi qu’une durée d’hospitalisation (DH) plus courte, par rapport à ceux ayant fait l’objet d’une chirurgie ouverte, et présentaient des résultats oncologiques similaires.

Pourquoi est-ce important ?

  • Jusqu’à 70 % des patients atteints de MHCCR traités dans des centres à grands volumes constituent de bons candidats à la chirurgie laparoscopique visant à retirer les métastases hépatiques, y compris les cas complexes et techniques.

Protocole de l’étude

  • Appariement par scores de propension de 885 patients atteints de MHCCR ayant fait l’objet d’une résection par chirurgie ouverte (n = 698) ou laparoscopique (n = 187).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Les groupes présentaient le même pourcentage de résections majeures (26,9 %) et mineures (73,1 %).
  • Le taux de morbidité postopératoire était plus élevé dans le groupe ayant fait l’objet d’une chirurgie ouverte (22,8 % contre 20,2 % ; P = 0,04).
  • Des taux similaires de complications mineures ont été observés entre les groupes, mais le groupe ayant fait l’objet d’une chirurgie ouverte a démontré davantage de complications majeures (8,5 % contre 6,7 % ; P = 0,03).
  • La DH médiane était plus longue dans le groupe ayant fait l’objet d’une chirurgie ouverte (5 contre 3 jours ; P = 02).
  • Une SG et une SSM médianes similaires ont été observées entre les groupes, mais les taux de récidive étaient plus élevés dans le groupe ayant fait l’objet d’une chirurgie ouverte (48,1 % contre 38,5 % ; P = 0,04).

Limites

  • Étude rétrospective monocentrique.