Étude des relations entre la connexion à la nature et le bien-être mental des enfants

  • Sobko T & al.
  • PLoS ONE
  • 1 janv. 2018

  • Par Caroline Guignot
  • Univadis Résumés Cliniques
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Des chercheurs australiens et hongkongais ont voulu établir un score permettant de relier les connexions avec la nature de l’enfant préscolaire (2-5 ans) qui pourrait être utilisé pour prédire les difficultés et forces de son comportement social et de son bien-être mental.

Contexte et implications cliniques

  • Différentes études ont montré le lien existant entre le contact avec la nature des enfants et la qualité de sommeil, le faible niveau de stress ou la supériorité des capacités cognitives, alors qu’une faible activité extérieure est associée à un bien-être psychologique inférieur.

  • Dans les aires urbaines de forte densité, le taux d’enfants présentant des troubles de la santé mentale peut être élevé : pour exemple, il serait de 16% à Hong-Kong. Or, près de 50% de la population mondiale vit dans un environnement urbain. Aussi, de nombreuses métropoles envisagent des programmes favorisant le lien des enfants citadins avec la nature. La mise à disposition d’outils validés est importante afin d’en évaluer le bénéfice. Ceci est d’autant plus vrai pour les enfants d’âge préscolaire pour lesquels des actions précoces pourraient être proposées. Or, ce groupe d’âge est rarement ciblé par les échelles disponibles. Il est en effet impossible d’évaluer ces questions parmi ce groupe d’âge et il est particulièrement délicat de distinguer la part affective et la part cognitive de la connexion à la nature.

  • Le CNI-PPC (connection to Nature Index- Parents of Preschool Children) établi dans ce travail est dérivé du score CNI dédié aux 8-10 ans. Il intègre 16 questions regroupées sous 4 entités * : jouissance de la nature (plaisir tiré des sons, des plantes, du temps passé dans la nature, à jardiner, …), empathie pour la nature, responsabilité envers la nature, conscience de la nature. Il a été établi afin de pouvoir être établi à partir du déclaratif des parents. Il offre le moyen d’évaluer l’association entre les liens qu’entretient l’enfant avec la nature et les difficultés et forces observées par les parents dans le comportement de leur enfant.

En détail...

Après construction et validation du questionnaire, les auteurs ont vérifié les relations entre le CNI-PPC et le fonctionnement psychologique de l’enfant, évalué à partir de l’échelle SDQ Points Forts-Points Faibles ( Strengths and Difficulties Questionnaire ) dont l’association avec le score CNI a été décrite par ailleurs. Ainsi, les 5 entités du score SDQ (symptômes émotionnels, problèmes de comportement, hyperactivité / inattention, problèmes de relation aux pairs, comportement prosocial/empathie)) pouvaient être prédites par le CNI-PPC : toutes les entités du score CNI-PPC reflétaient moins de difficultés chez l’enfant, à l’exception d’un item (empathie pour la nature). La responsabilité à l'égard de la nature reflétait une augmentation de la force du comportement prosocial et moins de difficultés avec les pairs et d’hyperactivité / inattention. Enfin, la jouissance de la nature contribuait à réduire le nombre total de difficultés de l’enfant.



* jouissance de la nature ( mon enfant « aime voir les plantes dans la nature, « aime jardiner et planter »… ), empathie pour la nature ( mon enfant « se sent triste quand des animaux sont blessés », «a le cœur brisé par le décès d’un animal »… ), responsabilité envers la nature ( mon enfant « traite les plantes, les animaux et les insectes avec soin », « pense que ramasser ses déchets protège la nature » … ), conscience de la nature ( mon enfant «  remarque la présence de la faune où qu’il soit », «  sait que la nourriture provient de la nature »… ) (retour haut de page).